LA DOU­LEUR d’Em­ma­nuel Fin­kiel

Première - - FILMO COMMENTÉE -

Elle re­trouve son réa­li­sa­teur de Je ne suis pas un sa­laud pour un dé­fi : in­car­ner Mar­gue­rite Du­ras dont on connaît la voix, le vi­sage, la dic­tion… Pa­ri réus­si avec cette su­perbe adap­ta­tion de son ro­man au­to­bio­gra­phique.

« En pas­sant l’au­di­tion, je rê­vais de ce rôle mais sans y croire. Je pen­sais qu’il me man­quait trop de choses es­sen­tielles pour l’em­por­ter. Puis, une fois choi­sie, mon in­quié­tude s’est por­tée sur ma ca­pa­ci­té à trou­ver la bonne in­flexion pour la voix et le phra­sé de Du­ras, sans cher­cher le mi­mé­tisme. Mais quand un ci­néaste comme Em­ma­nuel Fin­kiel t’ac­com­pagne, tu te sens pro­té­gée. La Dou­leur est le film le plus im­por­tant que j’ai tour­né. Et ja­mais je n’ai été aus­si heu­reuse que sur ce pla­teau. Em­ma­nuel in­tel­lec­tua­lise énor­mé­ment en amont, mais tout de­vient vis­cé­ral et ob­ses­sion­nel au mo­ment du tour­nage. On se parle peu mais on se com­prend tout le temps. C’est l’homme qui m’a le plus chan­gée, comme Du­ras a pu le dire de son ma­ri, Ro­bert An­telme. Il te donne tou­jours la sen­sa­tion de par­ti­ci­per à la créa­tion. Un sen­ti­ment in­édit pour moi. Sans doute que le fait de pro­gres­ser et de mieux me connaître m’a aus­si li­bé­rée. »

2018

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.