RUS­TY JAMES de Fran­cis Ford Cop­po­la

Première - - FILMO COMMENTÉE -

Dé­jà mi­ni-star ado­les­cent, Matt Dillon se ré­vèle dé­fi­ni­ti­ve­ment dans deux vi­gnettes six­ties si­gnées Cop­po­la à l’aube des an­nées 80, Out­si­ders et Rus­ty James.

« Si je dois ne gar­der qu’un des deux films ? Je prends Rus­ty James. Mais fran­che­ment, ils sont in­dis­so­ciables dans mon es­prit : pile et face, Tech­ni­co­lor à la Ni­cho­las Ray puis noir et blanc ex­pé­ri­men­tal, un rôle cen­tral après un film de bande, etc. Dans Rus­ty James, je joue le pe­tit jeune, alors que j’étais plu­tôt une fi­gure de grand frère tra­gique dans Out­si­ders. D’ailleurs, Fran­cis pen­sait au dé­part me confier le rôle du Mo­tor­cycle Boy, fi­na­le­ment joué par Mi­ckey [Rourke]. Den­nis Hop­per était pas­sé sur le pla­teau d’Out­si­ders. J’avais 18 ans mais ils m’ont quand même em­me­né boire des coups, et c’est là qu’a ger­mé l’idée qu’il joue notre père dans

Rus­ty James – ce qui était juste fa­bu­leux. Alors on a rem­pi­lé, Diane Lane, moi et… et… non, juste nous deux, même si Tom [Cruise] a failli re­ve­nir jouer le rôle de Steve, dont Vincent Spa­no a hé­ri­té. Mais Tom avait d’autres plans de car­rière, je crois bien. »

1984

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.