Ra­mi Ma­lek

Première - - SOMMAIRE - PAR SYL­VESTRE PI­CARD

Ra­mi Ma­lek, le hé­ros de Mr. Ro­bot, in­carne Fred­die Mer­cu­ry dans Bo­he­mian Rhap­so­dy. Mis­sion im­pos­sible ? L’in­té­res­sé ra­conte com­ment il s’est frot­té à son plus gros chal­lenge.

Il faut croire que j’aime me mettre dans des si­tua­tions im­pos­sibles », ré­pond en sou­riant Ra­mi Ma­lek quand on lui de­mande ce qui a pu lui pas­ser par la tête au mo­ment d’ac­cep­ter le rôle prin­ci­pal de Bo­he­mian Rhap­so­dy : ce­lui de Far­rokh Bul­sa­ra, alias Fred­die Mer­cu­ry, le lé­gen­daire lea­der du groupe Queen. Il faut l’ad­mettre, dans la ca­té­go­rie dé­fi, in­car­ner ce chan­teur est clas­sé rouge. Com­ment ne pas tom­ber dans la ca­ri­ca­ture ou l’imi­ta­tion ser­vile ? Fred­die Mer­cu­ry, comme toute icône pop (El­vis Pres­ley, Claude Fran­çois ou John­ny Hal­ly­day), a en­gen­dré ses propres imi­ta­tions plus ou moins tartes. Ra­mi Ma­lek met les choses au clair : « Je n’ai ja­mais vou­lu l’imi­ter. Mais se frot­ter à un rôle pa­reil peut vous dé­vo­rer, c’est sûr. » Si vous avez des tym­pans en état de marche, vous sa­vez for­cé­ment re­con­naître une chan­son de Queen (150 mil­lions de disques ven­dus sur la pla­nète, es­ti­ma­tion basse) rien qu’à ses pre­mières notes ; et si vous voyez une pho­to de Fred­die Mer­cu­ry, vous re­con­nais­sez tout de suite l’in­ter­prète de Don’t Stop Me Now – for­cé­ment unique et in­imi­table. Ra­mi Ma­lek a tou­te­fois dû en­fi­ler des prothèses pour se rap­pro­cher du bon­homme, mais pe­tit à pe­tit, très pru­dem­ment : « Il fal­lait y al­ler par pe­tits bouts. Pas à pas. OK, les dents de Fred­die Mer­cu­ry, ça marche comme ça. Quand je les ai maî­tri­sées, j’ai pu pas­ser aux che­veux. Voi­là. Et si j’es­sayais un de ses mou­ve­ments, main­te­nant ? Je pen­sais pou­voir in­car­ner une es­sence de lui. Je ne vou­lais pas por­ter un dé­gui­se­ment ou un cos­tume. Le ma­quillage et les per­ruques m’ont ai­dé, j’ai fait du pia­no, j’ai es­sayé de chan­ter le maxi­mum... Mais je ne se­rai ja­mais ca­pable de lui rendre jus­tice. Il fal­lait que je le joue à un ni­veau hu­main, que je le dé­cons­truise avant de me po­ser les ques­tions qui fâchent : com­ment bou­ger, par­ler, chan­ter comme lui ? J’ai es­sayé de chan­ter au­tant que je pou­vais, mais je ne sais pas ce qu’en fe­ra l’équipe so­nore du film... » La per­for­mance vo­cale de­vient se­con­daire face à l’in­car­na­tion phy­sique et men­tale d’un homme mul­tiple : Bo­he­mian Rhap­so­dy re­trace la tra­jec­toire de Fred­die Mer­cu­ry, de la for­ma­tion de Queen (la ren­contre avec Brian May et Ro­ger Tay­lor) en 1970 au fa­meux concert du Live Aid en 1985. Quinze ans au cours des­quels Far­rokh Bul­sa­ra, fils d’im­mi­grés par­sis né à Zan­zi­bar (« C’est aus­si une his­toire d’im­mi­grant, et ça me par­lait vrai­ment », ajoute l’ac­teur), est de­ve­nu Fred­die Mer­cu­ry en cher­chant son image à tra­vers un jeu de scène ex­tra­va­gant. Une his­toire mul­tiple et com­plexe que le film ne par­vient pas vrai­ment à ré­soudre, ni même à fa­çon­ner, tant il ouvre des di­zaines de pistes nar­ra­tives sans les fer­mer (la mu­sique, l’art, la cé­lé­bri­té, l’ho­mo­sexua­li­té, l’ami­tié). Si Bo­he­mian Rhap­so­dy n’a pas réus­si, Ra­mi Ma­lek a-t-il trou­vé son Fred­die Mer­cu­ry ? Il l’avoue, avec une can­deur sin­cère : « Je suis tou­jours en train de le cher­cher. »

BO­HE­MIAN RHAP­SO­DY De Bryan Sin­ger • Avec Ra­mi Ma­lek, Lu­cy Boyn­ton, Aa­ron McCus­ker... • Du­rée NC • Sor­tie 31 oc­tobre

Ra­mi Ma­lek

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.