Laisse-moi adap­ter

Première - - FILMS -

Bor­der est la troi­sième adap­ta­tion ci­né d’un texte de Lind­q­vist. Il en reste ?

Après les vam­pires de Morse et les monstres pri­mi­tifs de Bor­der, que reste-t-il dans le bes­tiaire re­vu et cor­ri­gé des ro­mans du Sué­dois John Aj­vide Lind­q­vist ? Les zom­bies, bien sûr. Son ro­man Han­te­rin­gen av odö­da, pu­blié en 2005 (et tra­duit en fran­çais sous le titre, pas très pal­pi­tant, de Re­tour des morts), qui ra­conte l’in­va­sion de Stock­holm par des morts­vi­vants af­fa­més, doit faire l’ob­jet d’une adap­ta­tion ci­né­ma, mais reste coin­cé dans le de­ve­lop­ment hell pour une sombre his­toire de droits. Lind­q­vist a aus­si écrit un ro­man d’hor­reur (Lilla st­jär­na ou « pe­tite étoile », in­édit en France) fa­çon La Ma­lé­dic­tion, sur un en­fant gé­nie de la chan­son. Pour la pe­tite his­toire, Let the old dreams die, la ver­sion amé­ri­caine du re­cueil de nou­velles où se trouve Bor­der, contient un texte in­ti­tu­lé Tin­da­los, en ré­fé­rence à d’af­freuses créa­tures ap­pa­rues dans un texte de Frank Belk­nap Long (Les Chiens de Tin­da­los, 1929) et ré­cu­pé­rées par Lo­ve­craft dans sa nou­velle

Ce­lui qui chu­cho­tait dans les té­nèbres en 1931. Lind­q­vist au­rait aus­si écrit, pour To­mas Al­fred­son, le scé­na­rio d’une adap­ta­tion du fa­meux ro­man sué­dois pour en­fants Les Frères Coeur-de-lion (1973) d’As­trid Lind­gren. Une adap­ta­tion tout aus­si coin­cée dans « l’en­fer du dé­ve­lop­pe­ment ». Un en­droit qui fe­rait un beau ter­rain de jeu pour le style de Lind­q­vist.

Morse

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.