NOS LARMES AU MI­CRO­SCOPE

Psychologies - - L’ OEIL DE PSYCHO - Va­lé­rie Pé­ron­net Rens. : rose-lynn­fi­sher.com/tears.html.

Il y a les larmes ba­sales, qui lu­bri­fient l’oeil en per­ma­nence. Les larmes ré­flexes, qui le pro­tègent d’une agres­sion comme le vent, la fu­mée ou les oi­gnons. Et puis les larmes émo­tion­nelles, que la vie nous fait mon­ter aux yeux au gré de ce qui nous touche. Mais leur com­po­si­tion dé­pend-elle de ce qui les pro­voque ? C’est la ques­tion que s’est po­sée Rose-Lynn Fi­sher, pho­to­graphe ca­li­for­nienne, à une pé­riode de sa vie où elle a beau­coup pleu­ré. Jour après jour, elle a mis cent de ses larmes dans un mi­cro­scope et les a pho­to­gra­phiées, comme un at­las éphé­mère, une to­po­gra­phie poé­tique de ses émo­tions (ci-des­sous). Et voi­là que l’on découvre qu’une larme de rire ne res­semble pas du tout à une larme de rage ou à une larme de fa­tigue. C’est beau, et ça don­ne­ra peut-être en­vie aux scien­ti­fiques de se plon­ger dans nos pro­duc­tions la­cry­males, qu’ils connaissent en­core très mal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.