Pour­quoi je n’ac­cepte pas d’être at­ti­rée par les gar­çons ? Louise, 15 ans

Psychologies - - LE COURRIER ENFANTS/ADOS -

Votre his­toire, Louise, a été dif­fi­cile. Votre père, di­vor­cé de votre mère, mé­prise les femmes. Il a sou­vent été violent avec vous et, sur­tout, vous avez dé­cou­vert qu’il avait eu un en­fant avec sa maî­tresse, au mo­ment même où il avait votre frère avec votre mère. Vos soeurs aî­nées le sa­vaient, mais il leur avait in­ter­dit de vous le dire. Vous l’avez su à 12 ans, au mo­ment de la mort de votre grand-père pa­ter­nel, votre seul point d’ap­pui mas­cu­lin, dites-vous. Et c’est à ce mo­ment que, pour la pre­mière fois, vous avez été amou­reuse d’une amie. Vous avez ac­cep­té cet amour – et ceux, tou­jours pour des femmes, qui ont sui­vi. Mais aujourd’hui un gar­çon est en­tré dans votre vie. Vous l’aviez écon­duit en lui di­sant que vous ai­miez les femmes, mais il n’a pas re­non­cé. Il s’est mon­tré « ado­rable », il vous a fait rire et vous rê­vez « qu’il vous prenne dans ses bras ». Mais vous re­fu­sez obs­ti­né­ment cette pen­sée. Pour­quoi ? À cause, je pense, de ce qui s’est pas­sé quand, à 12 ans, vous avez été, pour la pre­mière fois, amou­reuse d’une amie : vous avez conclu de cet amour que vous étiez « les­bienne » (c’est votre mot). Conclu­sion hâ­tive car, à l’ado­les­cence, on se construit, on se cherche, tout est mou­vant. Et vous avez aus­si­tôt fait part de cette iden­ti­té dé­fi­ni­tive à votre fa­mille. La­quelle l’a en­té­ri­née – en l’ac­cep­tant ou en la cri­ti­quant – mais sans en par­ler avec vous. Vous main­te­nant ain­si dans l’illu­sion que l’on pour­rait sa­voir, à 12 ans, dé­fi­ni­ti­ve­ment qui l’on est. Ce qui est ab­surde. Et vous sem­blez être aujourd’hui pri­son­nière de cette iden­ti­té sup­po­sée : « Je suis les­bienne, je ne peux pas ai­mer un gar­çon. » Tout ce­la n’a au­cun sens, Louise. La vie et la sexua­li­té sont trop com­plexes pour qu’on les ré­duise à des clas­si­fi­ca­tions, qui plus est nor­ma­tives. Vous n’êtes ni « ho­mo­sexuelle » ni « hé­té­ro­sexuelle ». Vous êtes Louise. Une jeune fille qui a ai­mé des jeunes filles, et en ai­me­ra peu­têtre d’autres. Et qui, aujourd’hui, aime un gar­çon. Il est in­tel­li­gent, drôle, amou­reux de vous et res­pec­tueux. Où est le pro­blème ? La vie vous offre une jo­lie his­toire d’amour, pour­quoi la re­fu­ser ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.