Trois conseils à em­prun­ter aux spor­tifs

Psychologies - - LA UNE - Par Ch­ris­tilla Pel­lé-Douël

Nos jour­nées res­semblent sou­vent à une course d’obs­tacles. Alors pour­quoi ne pas s’ins­pi­rer des ath­lètes pour les dé­pas­ser ? C’est ce que pro­pose Hu­bert Ri­poll, psy­cho­logue et coach spor­tif. À vos marques !

Chez les ath­lètes, l’es­time de soi dé­pend des ré­sul­tats, ob­serve Hu­bert Ri­poll, fon­da­teur du pre­mier la­bo­ra­toire fran­çais de psy­cho­lo­gie cog­ni­tive ap­pli­quée au sport. Le re­gard d’un coach est es­sen­tiel, afin de leur ren­voyer une bonne image d’eux-mêmes, en dé­pit des dif­fi­cul­tés ou des échecs. » Dans la vie cou­rante, notre confiance en nous dé­pend aus­si, en grande par­tie, du re­gard des autres. Elle s’ancre dans une cer­ti­tude qui peut, comme pour les cham­pions, va­ciller à la suite d’un ra­tage ou d’un conflit. Comment faire pour re­trou­ver la force d’avancer ? Le coach em­ploie avec les ath­lètes des ou­tils à la por­tée de tous, mais qu’il est bon, sug­gère-t-il, d’ex­pé­ri­men­ter d’abord avec l’aide d’un pro­fes­sion­nel. « Après quelques séances, il est plus fa­cile de les ap­pli­quer par soi-même. » Quel que soit votre ob­jec­tif, pas­ser par ces trois étapes vous ai­de­ra à mo­bi­li­ser vos res­sources.

1. CERNEZ CE QUI VOUS FAIT COU­RIR

Sur une feuille, ins­cri­vez votre pro­jet ( prendre des cours de gui­tare, en­ta­mer un ré­gime…). Tra­cez deux co­lonnes, afin d’exa­mi­ner ce qui vous pousse à agir. Votre confiance en vous se nour­rit de la com­pré­hen­sion pro­fonde de ce qui vous anime. Dans la première co­lonne, lis­tez les mo­ti­va­tions qui ont trait à votre ego (être le meilleur, réus­sir là où d’autres ont échoué…). Ces as­pi­ra­tions sont puis­santes et contri­buent à vos réus­sites. Mais elles ne suf­fisent pas. « Il existe de grands spor­tifs qui, pous­sés par cette avi­di­té de re­con­nais­sance, ont ac­com­pli des mi­racles, constate Hu­bert Ri­poll. Mais leur car­rière ne dure pas : au pre­mier échec, leur ego est at­teint et tout s’ef­fondre. » Dans la deuxième co­lonne, no­tez les mo­tifs qui contri­buent à votre ac­com­plis­se­ment (dé­ploie­ment de vos ta­lents, res­pect de vos va­leurs…). Ces rai­sons-là sont pro­fondes et so­lides, moins dé­pen­dantes du ré­sul­tat et du re­gard des autres. Les spor­tifs qui « durent » sont ceux qui savent s’ap­puyer sur ces deux pi­liers : l’ego et l’ac­com­plis­se­ment de soi.

2. CHOI­SIS­SEZ LE BON SOM­MET

Quel est votre ob­jec­tif ? Est-il réa­liste ou far­fe­lu ? Faites la part de ce qui re­lève du fan­tasme (« Je suis sur scène et on m’adule »), d’une consé­cra­tion sym­bo­lique (ob­te­nir un di­plôme, une mé­daille…) ou d’une réa­li­té at­tei­gnable (« Je peux faire le tour de la Corse en ba­teau. Pour le cap Horn, on at­ten­dra un peu »). In­ter­ro­gez-vous : cet ob­jec­tif est-il vrai­ment le vôtre ? Ou vous l’êtes-vous as­si­gné pour ré­pondre au dé­sir – conscient ou pas – de votre en­tou­rage ?

3. PRO­JE­TEZ-VOUS DANS LA RÉUS­SITE

Votre ob­jec­tif vous im­pres­sionne ? Hu­bert Ri­poll re­com­mande d’as­so­cier la re­laxa­tion et la vi­sua­li­sa­tion. Il em­ploie cette tech­nique avec les spor­tifs en dif­fi­cul­té après un échec : une fois dé­ten­du, l’es­prit ou­vert, l’ath­lète est in­vi­té à re­vivre la si­tua­tion en pen­sée, puis à la « re­jouer » en la tour­nant à son avan­tage. Il est pos­sible pour nous tous d’uti­li­ser la vi­sua­li­sa­tion avant toute épreuve (un en­tre­tien, un exa­men) afin de nous pro­je­ter dans le suc­cès. Une ma­nière, dé­jà, de le concré­ti­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.