“Me dire ‘laisse-toi tran­quille !’ me re­vi­gore”

Psychologies - - Le divan -

et li­bé­ra­teur. Car on me­sure d’au­tant mieux sa chance de faire par­tie de cette réa­li­té ab­so­lu­ment in­croyable et ma­gni­fique !

Trans­mettre à mes en­fants la ca­pa­ci­té de croire en soi, c’est…

… avoir le cou­rage de les lais­ser dès la toute petite en­fance vivre leurs expériences, même si elles com­portent un dan­ger, tout en étant à leurs cô­tés, au cas où. De cette ma­nière, l’en­fant a la joie de ras­sa­sier son be­soin d’ex­pé­ri­men­ter et dé­cou­vrir de lui-même les li­mites du dan­ger. Une fois ac­quise, cette connais­sance res­te­ra tou­jours en lui, il sau­ra qu’il peut de lui-même dé­cou­vrir ce qui est bon ou né­faste pour lui. Je n’ai lu cette « méthode » nulle part, je ne di­rais pas non plus qu’elle m’a été in­cul­quée par ma fa­mille : elle m’est ins­tinc­tive. Et, l’ayant ap­pli­quée, j’ai l’im­pres­sion qu’elle marche bien ! Bien sûr, je suis aus­si une mère qui doute, comme tous les pa­rents, sur­tout face à des en­fants plus grands, de­ve­nus plus cé­ré­braux qu’ins­tinc­tifs. Là, j’avoue que je me sens moins à l’aise.

Au­jourd’hui, j’ai ten­dance à da­van­tage croire en…

… la beauté et la force de l’al­truisme.

Et à beau­coup moins croire…

… au doux ré­con­fort de l’égoïsme. Trou­ver le juste équi­libre entre les deux étant né­ces­saire, se­lon moi. En­fant, je me sen­tais si bien dans ma petite bulle que je pou­vais ai­sé­ment m’iso­ler du reste du monde, c’était doux et agréable. Au fil des an­nées,

je me rends compte que m’in­té­res­ser aux autres, es­sayer de les com­prendre, m’ap­porte beau­coup plus de joie. Cul­ti­ver l’empathie me fait gran­dir. Je suis as­sez cu­rieuse des tech­niques mé­di­ta­tives qui prônent la phi­lo­so­phie de l’empathie, j’ai bien en­vie de m’y pen­cher d’un peu plus près, un jour…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.