Jours d’in­ceste Anonyme

Comment par­ler d’un tel texte ?

Psychologies - - L’oeil -

Est-ce vrai­ment ar­ri­vé ? Lorsque l’on a la ré­ponse (oui), la nau­sée nous prend. Il y a dé­jà eu des livres puis­sants sur ce su­jet, mais je n’ai ja­mais rien lu d’aus­si violent que Jours d’in­ceste. L’au­teure, anonyme, a su­bi, de 4 ans à 21 ans, les agres­sions sexuelles et les tor­tures de son père. Le si­lence hai­neux de sa mère. La ter­reur de son jeune frère. Mais le pire, ce qui n’est ja­mais dit, mais que tous les psys savent, c’est qu’elle a éprou­vé du dé­sir, du plai­sir avec ce père-as­sas­sin, et qu’elle en est à tout ja­mais dé­truite. On vou­drait hur­ler avec elle pour que ce­la cesse. Il faut au moins la lire, pour re­gar­der ce­la en face. Payot, 160 p., 18 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.