Com­ment ré­agir à la ré­bel­lion de ma fille ?

Psychologies - - VOS QUESTIONS -

Ma fille (18 ans) est née un mois après la mort (à 19 mois) de sa soeur aî­née. Tout al­lait bien mais, de­puis trois ans, elle est de­ve­nue re­belle, ne fait plus rien à l’école, et le conflit est per­ma­nent. Mon ma­ri et moi ne sa­vons plus quoi faire. Va­lé­rie, Di­jon Votre fille, Va­lé­rie, est née dans des condi­tions dif­fi­ciles puisque votre ma­ri et vous étiez dans le deuil de sa soeur, qui ve­nait de vous être ar­ra­chée par la ma­la­die. Vous avez néan­moins, en l’en­tou­rant sans la sur­pro­té­ger, fait en sorte que tout se passe bien, et elle a tou­jours été in­dé­pen­dante, so­ciable, sans pro­blèmes. Jus­qu’à, il y a trois ans, une « chute » bru­tale : op­po­si­tion per­ma­nente, re­fus de tra­vailler en classe (alors qu’elle a un pro­jet pro­fes­sion­nel au­quel elle tient), etc. On pour­rait évi­dem­ment pen­ser (elle avait 15 ans) au re­mue-mé­nage de l’ado­les­cence. Mais je pense que ce­la ne suf­fit pas car vous me don­nez une pré­ci­sion im­por­tante. Juste avant sa « chute », on a dé­tec­té chez votre fille un pro­blème de dé­fenses im­mu­ni­taires, dont on s’est, de sur­croît, ren­du compte qu’il avait – en par­tie – pro­vo­qué la mort de sa soeur aî­née. Il est pos­sible que cette « dé­cou­verte » soit à l’ori­gine de son chan­ge­ment ra­di­cal d’at­ti­tude. D’abord parce qu’elle l’oblige, pour avoir une vie nor­male, à s’in­jec­ter chaque se­maine un trai­te­ment. C’est évi­dem­ment contrai­gnant et ce­la peut lui don­ner un sen­ti­ment d’in­jus­tice qui pro­voque sa « ré­bel­lion » (c’est votre mot) ac­tuelle. De plus, le fait de se sa­voir por­teuse d’une ano­ma­lie dont sa soeur, dé­jà, a été vic­time, peut faire ( ima­gi­nai­re­ment bien sûr) en­trer la mort dans les cartes de sa vie :

elle ne pense plus, dites- vous, à son ave­nir ( pro­fes­sion­nel). Et il ne faut pas ou­blier non plus que tout ce­la lui fait pro­ba­ble­ment re­vivre, in­cons­ciem­ment, ce que le bé­bé qu’elle était a vé­cu, du­rant ses pre­miers mois où la joie de sa nais­sance s’est mê­lée, chaque jour, au déses­poir de la mort de sa soeur. Je crois que la si­tua­tion mé­ri­te­rait que votre ma­ri et vous consul­tiez avec elle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.