La Foi qui reste

de Jean-Claude Guille­baud

Psychologies - - L'OEIL -

Il n’a pas peur, Jean-Claude Guille­baud : dans un monde de plus en plus sé­cu­la­ri­sé (ou fol­le­ment re­li­gieux), il af­firme sa foi. Il nous avait dé­jà an­non­cé son re­tour à l’Église ( Com­ment je suis re­de­ve­nu ch­ré­tien, L’Iconoclaste). Ce livre-là est ce­lui de l’in­ter­ro­ga­tion : quels risques cou­rons­nous si nous rom­pons avec toute spi­ri­tua­li­té ? « Une dé­mo­cra­tie peut-elle vivre hors va­leurs, et où les cher­cher si les re­li­gions qui en étaient les pour­voyeuses dis­pa­raissent ? » Une ques­tion à la­quelle nous ne pour­rons échap­per, croyants ou in­croyants. L’au­teur ouvre des pistes, s’ap­puyant sur ses ren­contres (en par­ti­cu­lier avec le phi­lo­sophe et prêtre Mau­rice Bel­let) et ses lec­tures. Il in­cite ses lec­teurs non pas à croire, c’est im­pos­sible, mais à ou­vrir leur es­prit. Dans un bel élan de confiance, il conclut : « Ce qui reste, c’est ce qui vient. » Un livre de coeur. C.P.-D. L’Iconoclaste, 256 p., 15 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.