LA PH­RASE QUI GUIDE

Pau­line Croze

Psychologies - - SOMMAIRE -

« Le vide fait par­tie de la créa­tion, mais tout l’art est de l’ac­cep­ter. Le néant avant d’écrire et de com­po­ser, et le doute avec lui. Tout seul au dé­but, il faut avoir suf­fi­sam­ment d’opi­niâ­tre­té pour se convaincre que ses pa­roles et sa mu­sique trou­ve­ront une ré­so­nance chez d’autres. Par­fois, je peux croire que je vais tou­cher cer­taines per­sonnes avec tel texte ou telle mu­sique, et fi­na­le­ment un tout autre pu­blic se­ra at­teint. Il est là, aus­si, le trouble : dans cet aléa­toire. Créer, c’est ad­mettre que la flèche que je lance sui­vra son propre che­min, quelles que soient mes as­pi­ra­tions. Pour moi, cette idée vaut au-de­là de la créa­tion : elle se rap­porte à la vie, en gé­né­ral. Dans nos so­cié­tés où, face à un champ des pos­sibles plus vaste, on a le sen­ti­ment d’avoir le choix de notre des­ti­née, il est ten­tant de croire que l’on peut gui­der sa vie pas à pas. C’est un piège : vivre se­ra tou­jours, en grande par­tie, che­mi­ner dans le noir, dans une part d’in­con­nu… Et tant mieux : car c’est de là que sur­git, par­fois, la créa­tion. » Pro­pos re­cueillis par Anne Laure Gan­nac 1. Com­po­si­teur et chef d’or­chestre au­tri­chien (1860-1911).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.