BEAU­TÉ

À fleur de peau

Psychologies - - SOMMAIRE -

CRÈME DE JOUR Un bou­quet d’actifs ré­gé­né­rants

« Long­temps, nous nous sommes in­té­res­sés aux ra­cines et aux bour­geons car ils concentrent tous les élé­ments vi­taux. Grâce à cer­tains pro­cé­dés d’ex­trac­tion, on dé­couvre au­jourd’hui que les fleurs pos­sèdent une ef­fi­ca­ci­té re­dou­table », ex­plique Vé­ro­nique Del­vigne, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion scien­ti­fique Lan­côme. Ain­si, la gamme Ab­so­lue de Lan­côme ren­ferme une rose « op­ti­mi­sée ». Pré­sente à la fois sous forme d’huile es­sen­tielle, de concen­tré ex­trait au CO2 su­per­cri­tique1 et de cel­lules na­tives ob­te­nues par bio­tech­no­lo­gie, elle se ré­vèle ré­pa­ra­trice et an­ti-in­flam­ma­toire. Chez Dior, l’iris de Flo­rence livre un ex­trait riche en mo­lé­cules an­ti­oxy­dantes, ca­pables de sti­mu­ler l’en­zyme qui pi­lote le sys­tème de dé­fense cu­ta­né. C’est une jo­lie fleur ja­po­naise, l’ume, la pre­mière à éclore en hi­ver, qu’a choi­si Cha­nel, sous forme d’ex­trait et d’huile, pour pré­ser­ver la peau des agres­sions et amé­lio­rer sa ré­gé­né­ra­tion. « Ces ac­tions sont in­té­res­santes, mais ne sont pas ex­clu­sives aux fleurs. Ce­pen­dant, la sé­duc­tion et l’ima­gi­naire qu’elles vé­hi­culent conduit, à ef­fi­ca­ci­té égale, à les pré­fé­rer à d’autres in­gré­dients », com­mente le cos­mé­to­logue in­dé­pen­dant Lio­nel de Be­net­ti. Une crème à la rose em­barque l’ima­gi­naire bien plus loin qu’un soin au ré­ti­nol. Or, le men­tal par­ti­cipe de fa­çon non né­gli­geable à l’ef­fi­ca­ci­té d’un pro­duit. 1. Tech­nique d’ex­trac­tion « propre » uti­li­sant le CO2 dans des condi­tions de pres­sion et de tem­pé­ra­ture éle­vées. Soins bien­veillants Age-De­lay Ad­van­ced Creme Cap­ture Youth, Dior, 50 ml, 95,50 €. Ab­so­lue Pre­cious Cells goutte de rose, Lan­côme, 15 ml, 98 € ( 1, voir p. 120). Le Blanc Masque, Cha­nel, 50 g, 71 €.

FLORITHÉRAPIE Des élixirs pour mas­ser ses émo­tions

Vous con­nais­sez peut-être la « florithérapie », cette mé­thode de ré­gu­la­tion des émo­tions via les élixirs flo­raux, ob­te­nus par « in­fu­sion so­laire » (pour faire simple, les fleurs sont dé­po­sées dans de l’eau de source et ex­po­sées au so­leil). Leur ac­tion ne s’ex­plique pas par la pré­sence de mo­lé­cules chi­miques, mais par la phy­sique quan­tique, « l’eau jouant le rôle de vec­teur d’in­for­ma­tions », se­lon Marc Hen­ry1, in­gé­nieur chi­miste et pro­fes­seur des uni­ver­si­tés. On le sait moins, mais ces élixirs peuvent aus­si être ap­pli­qués sur la peau, « mas­sés sur les points d’acu­punc­ture ou ajou­tés à un pro­duit cos­mé­tique, à rai­son d’une goutte pour vingt ou trente mil­li­litres. La peau fait le lien entre l’ex­té­rieur et notre in­té­rieur, elle est en ce­la un vec­teur in­té­res­sant », pré­cise Pas­cale Mil­lier, doc­teure en phar­ma­cie, di­rec­trice du la­bo­ra­toire De­va. Com­men­cez par iden­ti­fier, le plus hon­nê­te­ment pos­sible, votre hu­meur et votre état émo­tion­nel. Vous sen­tez-vous triste, seul, trop in­fluen­cé par les autres, sub­mer­gé par le quo­ti­dien ? Avez-vous peur de l’ave­nir, du chan­ge­ment… ? Puis choi­sis­sez sim­ple­ment l’élixir qui cor­res­pond à cet état (il est pos­sible d’en mixer jus­qu’à cinq). Pre­nez-en trois gouttes sous la langue et ajou­tez quelques gouttes à votre crème pour le corps. Les marques spé­cia­li­sées : De­va et Élixirs&Co. 1. na­tu­reau­quant. blog­spot.fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.