LA MÉ­THODE

La psy­cho­syn­thèse

Psychologies - - SOMMAIRE -

L’ob­jec­tif : re­con­naître et har­mo­ni­ser les dif­fé­rentes fa­cettes de sa per­son­na­li­té. Comment ? En in­té­grant les di­men­sions du corps, des émo­tions, de l’in­tel­lect se­lon « une concep­tion glo­bale et dy­na­mique de l’être hu­main » chère au psy­chiatre Ro­ber­to As­sa­gio­li, son fon­da­teur.

PRIN­CIPE

Un com­por­te­ment ou une pos­ture men­tale qui se ré­vèle contra­dic­toire re­couvre peut-être des as­pects de notre per­son­na­li­té en conflit. La psy­cho­syn­thèse vise à har­mo­ni­ser ces as­pects, qui ont leur exis­tence propre et ne cor­res­pondent pas tou­jours à nos as­pi­ra­tions pro­fondes. Elle pro­pose d’élar­gir notre champ de conscience et de com­mu­ni­quer avec l’en­semble des par­ties de notre psy­ché. Le « je » de­vient alors le chef d’or­chestre qui co­or­donne le « jeu » des dif­fé­rentes sub­per­son­na­li­tés, comme des ins­tru­ments jouant une sym­pho­nie. Cette thé­ra­pie s’ap­puie sur ses ra­cines ana­ly­tiques (ri­gueur et ou­ver­ture), mais aus­si sur les ré­centes dé­cou­vertes du lien corps/ es­prit. Elle in­tègre les di­men­sions du corps, des émo­tions, ou en­core de la créa­ti­vi­té.

DÉ­ROU­LE­MENT D’UNE SÉANCE

La séance in­di­vi­duelle se dé­roule en face à face. L’axe prin­ci­pal de tra­vail consiste à prendre conscience des iden­ti­fi­ca­tions par­tielles qui nous re­streignent. Par exemple, si je suis iden­ti­fié à la par­tie ti­mide de moi-même, je crois n’être que cette part-là, et je m’em­pêche d’éprou­ver et d’ex­pri­mer mes autres cô­tés : la par­tie créa­tive, la par­tie vi­tale, etc. C’est le prin­cipe de l’ac­cep­ta­tion/dé­si­den­ti­fi­ca­tion : je suis ti­mide mais je ne suis pas que ce­la, je suis plus que ce­la. Pour par­ve­nir à cette vi­sion plus glo­bale de soi, la thé­ra­pie in­vite à ob­ser­ver et res­sen­tir le corps, les émo­tions et les com­por­te­ments. Le pra­ti­cien uti­lise éga­le­ment le des­sin, l’écri­ture, le mo­de­lage, le rêve éveillé, la vi­sua­li­sa­tion ou des exer­cices sen­so­riels. Tout ce qui fa­vo­rise l’ex­pres­sion de soi per­met ce re­tour à l’équi­libre et à l’har­mo­nie. Un tra­vail en groupe peut éga­le­ment être pro­po­sé.

IN­DI­CA­TIONS

La psy­cho­syn­thèse est ap­pli­quée avec suc­cès dans dif­fé­rents do­maines tels que la re­la­tion d’aide et de soins, l’édu­ca­tion et le ma­na­ge­ment. Elle fa­vo­rise l’ou­ver­ture d’es­prit, la créa­ti­vi­té, la flui­di­té, l’im­pli­ca­tion dans le monde. En thé­ra­pie, elle per­met de tout abor­der, de la ti­mi­di­té à l’anxiété, des pro­blèmes de couple à la re­cherche exis­ten­tielle. Il n’y a pas réel­le­ment de contrein­di­ca­tions. En rai­son de sa flexi­bi­li­té, elle peut aus­si ser­vir de trai­te­ment de fond ou de thé­ra­pie de sou­tien.

PRIX ET DU­RÉE

La du­rée d’une psy­cho­thé­ra­pie in­di­vi­duelle peut va­rier, se­lon les be­soins et les pro­blé­ma­tiques, de quelques se­maines à plu­sieurs mois. La séance dure gé­né­ra­le­ment une heure et les ta­rifs, sou­vent aux alen­tours de 50 à 70 eu­ros, sont mo­du­lables en fonc­tion des si­tua­tions in­di­vi­duelles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.