La rup­ture de pé­riode d’es­sai

Rebondir - - AU SOMMAIRE - Aline GÉ­RARD

La pé­riode d’es­sai peut être source d’an­goisse pour un sa­la­rié qui vient de dé­cro­cher un poste. Pré­vue pour per­mettre à la nou­velle re­crue et à l’em­ployeur de confir­mer qu’ils veulent tra­vailler en­semble, elle peut être rom­pue fa­ci­le­ment mais doit ré­pondre à un cer­tain nombre de règles. Re­bon­dir vous aide à dé­mê­ler le vrai du faux. La du­rée maxi­mum d’une pé­riode d’es­sai est de 8 mois, re­nou­vel­le­ment com­pris

VRAI - Mais uni­que­ment pour les CDI et la po­pu­la­tion des cadres. Le Code du tra­vail la li­mite à 4 mois pour les ou­vriers et em­ployés, et à 6 mois pour les agents de maî­trise. Fa­bien Cros­nier, avo­cat à la cour (KGA avo­cats), sou­ligne une ex­cep­tion : “Un ac­cord de branche, conclu avant le 26 juin 2008, peut pré­voir une du­rée plus Cô­té CDD, comme le re­lève Sté­phane Bloch, lui aus­si avo­cat à la cour (KGA avo­cats),

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.