In­té­grer une as­so­cia­tion d’an­ciens élèves

Rebondir - - AU SOMMAIRE - Ca­mille BOULATE

Si à la suite de vos études vous ren­con­trez des dif­fi­cul­tés à trou­ver un em­ploi, n’hé­si­tez pas à in­té­grer les as­so­cia­tions d’an­ciens élèves. Ce­la doit vous per­mettre de bâ­tir un ré­seau pro­fes­sion­nel du­rable.

S’in­sé­rer sur le mar­ché du tra­vail passe beau­coup par le ré­seau per­son­nel mais aus­si pro­fes­sion­nel. Si vous ren­con­trez des dif­fi­cul­tés à trou­ver un em­ploi, il ne faut donc pas hé­si­ter à in­té­grer les as­so­cia­tions d’an­ciens élèves. Même si l’adhé­sion est bien sou­vent payante, ce­la peut clai­re­ment vous fa­ci­li­ter la tâche. “Vous pos­sè­de­rez no­tam­ment l’an­nuaire des an­ciens élèves avec leurs co­or­don­nées, le nom de l’en­tre­prise dans la­quelle ils tra­vaillent et par­fois même le poste qu’ils oc­cupent, pré­vient Ana Fer­nan­dez, di­ri­geante et coach di­plô­mée du ca­bi­net Ener­gy­coa­ching. At­ten­tion, ce­la ne vous don­ne­ra pas du tra­vail mais ce se­ra un fa­ci­li­ta­teur dans votre dé­marche.” L’autre avan­tage des ré­seaux d’an­ciens élèves ré­side dans l’ac­cès des offres “ca­chées”, qui ne sont pas en­core pu­bliées sur les sites In­ter­net d’an­nonces d’em­ploi. “Les as­so­cia­tions re­çoivent en ef­fet de nom­breuses offres en avant-pre­mière et cor­res­pon­dant gé­né­ra­le­ment aux do­mi­nantes de la for­ma­tion et/ou de l’éta­blis­se­ment”, pré­cise Ana Fer­nan­dez.

AF­FI­NER SON PRO­JET

Si adhé­rer à ces ré­seaux ne vous ap­por­te­ra pas tou­jours un em­ploi, ce­la vous per­met­tra en re­vanche d’af­fi­ner votre pro­jet pro­fes­sion­nel. “Les per­sonnes que vous contac­te­rez pour­ront

vous ai­guiller sur les postes et le sec­teur d’ac­ti­vi­té que vous vi­sez”, as­sure Ana Fer­nan­dez. Des conseils pré­cieux que vous pour­rez mettre en pra­tique sur votre CV mais aus­si dans vos can­di­da­tures. Sur­tout, si vous dé­cro­chez un em­ploi, il est pri­mor­dial de te­nir in­for­mé l’en­semble des per­sonnes que vous avez sol­li­ci­tées via les as­so­cia­tions d’an­ciens élèves. “On ne sait ja­mais, ce­la peut être pro­fi­table pour la suite. Met­tez à jour votre si­tua­tion pour les pré­ve­nir mais aus­si pour ai­der les fu­turs adhé­rents”, conseille Ana Fer­nan­dez.

TROU­VER DES AL­TER­NA­TIVES

“Les per­sonnes que vous contac­te­rez pour­ront vous ai­guiller sur votre pro­jet”

Il est pro­bable que votre for­ma­tion ne pos­sède pas de ré­seaux d’an­ciens élèves. “C’est très rare d’en trou­ver au ni­veau du ly­cée et les fa­cul­tés com­mencent tout juste à s’y mettre”, pré­cise Ana Fer­nan­dez. Dans ce cas, il existe des al­ter­na­tives comme les as­so­cia­tions pro­fes­sion­nelles ou les fé­dé­ra­tions liées à votre sec­teur d’ac­ti­vi­té et à votre mé­tier. “Les groupes de dis­cus­sion sur les ré­seaux so­ciaux pro­fes­sion­nels comme Lin­kedIn sont aus­si une bonne so­lu­tion”, ex­plique Ana Fer­nan­dez.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.