IMPLIQUER SON EN­TOU­RAGE !

Si le choix est fait de re­prendre des études, il est im­pé­ra­tif de pou­voir le faire dans de bonnes condi­tions. Pour ce­la, l’en­tou­rage proche doit être aux côtés de ce­lui ou de celle qui a choi­si de se re­mettre en ques­tion car, avoir l’es­prit libre, c’est l

Rebondir - - LE GRAND DOSSIER -

La réus­site d’une for­ma­tion ré­side, quel que soit l’âge au­quel on la com­mence, dans la ma­nière dont on est en­tou­ré. En ef­fet, il faut être bien dans sa tête, se­rein,

pour ne pas s’épar­piller. “La fa­mille et les proches sont des élé­ments clés qui font par­tie de la va­li­da­tion du pro­jet. Avant de confir­mer une en­trée en for­ma­tion, nous fai­sons le tour des en­jeux et nous sé­cu­ri­sons le par­cours. Il est im­por­tant de sa­voir si le de­man­deur d’em­ploi a réus­si à mo­bi­li­ser son en­tou­rage pour qu’il s’in­ves­tisse se­rei­ne­ment”, ex­plique Ca­the­rine Diet, conseillère ré­fé­rente au sein de l’agence Pôle em­ploi de Lor­mont (33). Il est donc im­pé­ra­tif d’as­so­cier son en­tou­rage à sa dé­marche dès le dé­but de la ré­flexion. Un pro­jet de for­ma­tion doit être mû­re­ment ré­flé­chi avec le re­cul né­ces­saire. À par­tir du mo­ment où c’est une dé­ci­sion per­son­nelle et af­fir­mée, la fa­mille com­prend tout à fait la dé­marche. “Les proches doivent pou­voir lais- ser du temps libre à la per­sonne afin qu’elle puisse suivre conve­na­ble­ment ses cours du soir ou à dis­tance”, note So­phie Bé­rard, di­rec­trice du Cnam Île-de-France.

UN Dé­sor­mais, INVESTISSEMENT cha­cun d’entre POUR nous L’AVE­NIR au­ra plu­sieurs vies pro­fes­sion­nelles. Il est im­pé­ra­tif que les gens com­prennent que l’en­tre­prise évo­lue et qu’il faut ré­ac­tua­li­ser ses com­pé­tences. Nous ne pas­se­rons plus trente ans dans la même en­tre­prise. “Il faut au­jourd’hui dé­ve­lop­per de nou­velles com­pé­tences. C’est in­con­tour­nable. Ce n’est pas un signe d’in­sta­bi­li­té que de re­prendre une for­ma­tion. C’est une re­mise en ques­tion très cou­ra­geuse”, ex­plique Ca­role Kah­loun, di­rec­trice du conseil en for­ma­tion à la di­rec­tion ré­gio­nale Af­pa Hauts-de-France. Et cette der

nière de pour­suivre : “Au­jourd’hui, l’en­tre­prise re­cherche des qua­li­tés pro­fes­sion­nelles au-de­là des simples com­pé­tences. Notre en­tou­rage doit com­prendre que notre choix est un investissement pour l’ave­nir. À cin­quante ans, nous ne sommes dé­sor­mais qu’à la moi­tié de notre par­cours pro­fes­sion­nel.”

“La fa­mille et les proches sont des élé­ments clés de la va­li­da­tion du pro­jet”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.