OB­JEC­TIF RÉ­SEAU

Heu­reu­se­ment, il n’est pas tou­jours in­dis­pen­sable d’avoir des re­la­tions dans un sec­teur d’ac­ti­vi­té pour y trou­ver un tra­vail. Il faut avoir conscience qu’un simple nu­mé­ro de té­lé­phone peut changer la donne et vous ou­vrir les portes de l’em­ploi. À condi­tio

Rebondir - - AU SOMMAIRE - Ma­rie ROQUES

Ne pas griller ses contacts

Dans le cadre d’une re­cherche d’em­ploi, un contact peut tout changer. Il peut, en ef­fet, suf­fire d’une ren­contre ou d’un échange té­lé­pho­nique pour dé­blo­quer une si­tua­tion de re­cherche in­fruc­tueuse qui s’étire de­puis plu­sieurs mois, voire an­nées. Pour au­tant, les contacts que l’on peut vous don­ner sont pré­cieux. Il faut les ma­nier avec soin et sur­tout ne pas les griller. Au­tre­ment dit, ne pas gâ­cher la re­la­tion avec ce nou­veau contact et en­core moins avec la per­sonne qui vous l’a don­né. “Pour bien uti­li­ser les contacts, il est im­por­tant de com­prendre com­ment fonc­tionne un ré­seau, éclaire Her­vé

Bom­me­laer, consul­tant chez En­jeux & Di­ri­geant et ex­pert en net­wor­king. Il faut faire preuve de sa­voir­vivre, de sa­voir-être, ne pas har­ce­ler ce nou­veau contact ni l’ap­pe­ler de ma­nière bru­tale en lui di­sant d’en­trée de jeu que vous cher­chez un em­ploi.” Si vous êtes ame­né à ren­con­trer une per­sonne dont on vous a don­né les co­or­don­nées dans le cadre de votre re­cherche d’em­ploi, il est im­por­tant de la te­nir au cou­rant de votre avan­cée. “Un in­ter­lo­cu­teur qui vous a don­né des in­for­ma­tions sur votre sec­teur d’ac­ti­vi­té ou des conseils se­ra tou­jours sa­tis­fait de sa­voir où vous en êtes, de vous avoir ai­dé, il se sen­ti­ra utile, as­sure Her­vé Bom­me­laer. En­voyez-lui au mi­ni­mum un e-mail de re­mer­cie­ment. Le sui­vi est fon­da­men­tal.”

DANS LES DEUX SENS

Sans ces élé­ments, la per­sonne ne se­ra pas sa­tis­faite et y ré­flé­chi­ra à deux fois avant de ren­con­trer, à l’ave­nir, une per­sonne qu’elle ne connaît pas pour l’ai­der dans sa re­cherche d’em­ploi. Ré­sul­tat, le cercle ver­tueux du ré­seau peut ra­pi­de­ment être stop­pé. Dans le cas où l’on vous de­mande des contacts, il faut être aus­si très pru­dent quant à la per­sonne à la­quelle vous al­lez ou­vrir votre car­net d’adresses. Il ne fau­drait pas ris­quer de griller vos propres contacts en vou­lant ai­der une per­sonne de votre en­tou­rage. “Il ne faut pas don­ner trop de contacts, as­sure Her­vé Bom­me­laer.

Deux ou trois peuvent suf­fire.” Il est aus­si conseillé d’ou­vrir son car­net d’adresses uni­que­ment aux per­sonnes dont on est sûr. C’est-à-dire qui ont, au moins, un pro­jet clair. La pru­dence est donc de mise quand on re­çoit des contacts, mais aus­si quand on les donne.

“En­voyez-lui au mi­ni­mum un e-mail de re­mer­cie­ment”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.