Fonc­tion­naire en dis­po­ni­bi­li­té et for­ma­tion

Rebondir - - COACHING -

Fonc­tion­naire en dis­po­ni­bi­li­té pour conve­nances per­son­nelles, je pro­jette de m’ins­crire à Pôle em­ploi. Ob­tien­drai-je un fi­nan­ce­ment pour la for­ma­tion Af­pa que j’en­vi­sage de suivre pour me re­con­ver­tir ?

Ré­ponse de Ju­dith Bou­ha­na, avo­cat spé­cia­liste en droit du tra­vail.

Non, car Pôle em­ploi ne fi­nance que les for­ma­tions des de­man­deurs d’em­ploi ins­crits à Pôle em­ploi dont le pro­jet a été va­li­dé. Or, le fonc­tion­naire en dis­po­ni­bi­li­té pour conve­nances per­son­nelles n’a pas droit aux in­dem­ni­tés chô­mage pen­dant la du­rée de sa dis­po­ni­bi­li­té. En ef­fet, le ver­se­ment des in­dem­ni­tés chô­mage de l’ARE (l’Aide au re­tour à l’em­ploi) ne bé­né­fi­cie qu’au sa­la­rié pri­vé in­vo­lon­tai­re­ment de son em­ploi. Tel n’est pas le cas du fonc­tion­naire qui a choi­si d’être en dis­po­ni­bi­li­té, tel se­rait le cas en re­vanche du fonc­tion­naire pla­cé en dis­po­ni­bi­li­té contre son gré ou du fonc­tion­naire en dis­po­ni­bi­li­té et qui par exemple ne peut bé­né­fi­cier de la ré­in­té­gra­tion qu’il de­mande faute d’em­plois va­cants. Je suis en dis­po­ni­bi­li­té de la FPH (fonc­tion pu­blique hos­pi­ta­lière, ndlr) de­puis le 1er avril 2018 et j’ai­me­rais faire une for­ma­tion CESF (Conseiller en éco­no­mie so­ciale fa­mi­liale, ndlr). Ce­la est-il pos­sible ? De plus, comment faire pour que cette for­ma­tion me soit fi­nan­cée ?

En com­plé­ment des élé­ments évo­qués plus haut, voi­ci la ré­ponse de Sté­phane Bloch, avo­cat as­so­cié au sein du ca­bi­net Fli­chy Gran­gé

Le dis­po­si­tif du Compte per­son­nel de for­ma­tion (CPF) vous per­met d’ac­qué­rir un cré­dit d’heures pro­por­tion­nel­le­ment au temps de tra­vail ac­com­pli, pou­vant être mo­bi­li­sé pour suivre une for­ma­tion des­ti­née, no­tam­ment, à pré­pa­rer une fu­ture mo­bi­li­té ou une re­con­ver­sion pro­fes­sion­nelle. Ce­ci étant, le Gou­ver­ne­ment dans un guide pa­ru en 2017 consa­cré à la mise en oeuvre du CPF, in­vite à dis­tin­guer se­lon que l’agent pu­blic pla­cé en po­si­tion de dis­po­ni­bi­li­té exerce une ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle (au­quel cas il re­lève du ré­gime ap­pli­cable dans le cadre de cette ac­ti­vi­té) ou qu’il n’en exerce au­cune, au­quel cas ce­lui-ci “ne peut sol­li­ci­ter la prise en charge d’une ac­tion de for­ma­tion au titre de ses droits CPF au­près de son em­ployeur d’ori­gine, sauf à ce qu’il soit ré­in­té­gré” (ANFH, FAQ ; Guide 2017 de mise en oeuvre du CPF des agents pu­blics de l’État). Au cas par­ti­cu­lier, sous ré­serve que vous exer­ciez une ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle au­près d’un autre em­ployeur pen­dant votre pé­riode de dis­po­ni­bi­li­té, vous pou­vez donc vous rap­pro­cher de ce der­nier pour for­ma­li­ser une de­mande de prise en charge au titre du CPF. Si vous n’exer­cez au­cune ac­ti­vi­té, vous pou­vez ten­ter de sol­li­ci­ter une ré­in­té­gra­tion an­ti­ci­pée en vue de bé­né­fi­cier du CPF.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.