La mol­lesse de la mé­tha­done

Rock & Folk - - Encouverture -

Pour pal­lier la mol­lesse de la mé­tha­done, Ni­co s’en­file des litres de bière et, lors­qu’elle par­vient à trou­ver de l’hé­roïne, la glisse dans un pré­ser­va­tif qu’elle s’en­file dans le fon­de­ment pour pas­ser les fron­tières. C’est dans ces condi­tions que Pe­ter Mur­phy, avec le­quel elle a chan­té sur scène dans le cadre d’un concert de Bau­haus, lui trouve un deal chez Beg­gar’s Ban­quet. Son der­nier al­bum, “Camera Obs­cu­ra”, en­core pro­duit par le bon sa­ma­ri­tain John Cale, avec un bud­get mi­nable, est par­fai­te­ment bâ­clé : ma­dame n’a quasiment rien pu com­po­ser, trop dé­fon­cée. Reste un fa­tras de brui­tages élec­tro­niques si­nistres comme les ai­maient Cale à l’époque (“Ar­ti­fi­cial In­tel­li­gence”). Il vaut néan­moins pour une re­prise déses­pé­rée de “My Fun­ny Valentine” ain­si que pour une autre chan­son, la ter­ro­ri­sante ”My Heart Is Emp­ty”, qui sonne comme un tes­tament mu­si­cal : trois ans plus tard, celle qui avait sur­vé­cu à la plu­part de ses amants et amis, s’éteint le 18 juillet 1988. Elle meurt à Ibi­za, vieux pays de ses rêves, d’une chute de vélo alors qu’elle était partie s’ache­ter du shit. Ce qu’on ap­pelle, com­mu­né­ment, l’iro­nie du sort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.