FRENCHIES

Rock & Folk - - Edito / Sommaire -

De­puis la pre­mière édi­tion, la part belle est bien sûr don­née aux ar­tistes Fran­çais. Re­tour sur les plus beaux mo­ments du Rock made in France sur la pres­qu’île.

NOIR DÉ­SIR 1989/1991/1993/1997/2002 ( DE­TROIT) - JACQUES HIGELIN 1989 - ALAIN BASHUNG 1990/2004 - JEAN- LOUIS AU­BERT 1990/1993/1998/2016 ( LES INSUS) - FFF 1994/1997 - HU­BERT- FÉ­LIX THIÉFAINE 1999/2012/2017 - LES RI­TA MIT­SOU­KO 1994/2000/2007 - LES WAM­PAS 2003/2009 - DA­NIEL DARC 2004/2008 - KA­TE­RINE 2006/2011 - PHOE­NIX 2007/2009/2013/2017 - CH­RIS­TINE AND THE QUEENS 2015 - HER 2017

Noir Dés’ et les Eu­rocks, c’est à chaque fois la puis­sance, une his­toire d’amour (presque) in­in­ter­rom­pue de la pre­mière édi­tion à nos jours, jus­qu’à Dé­troit en 2014 sur la grande scène qui a dé­clen­ché la fo­lie quand ont ex­plo­sé les clas­siques de Can­tat que sont “Le Vent Nous Por­te­ra”, “Le Fleuve” ou “Tos­ta­ky”.

Higelin fit l’ou­ver­ture, tête d’af­fiche d’une pre­mière édi­tion très fran­co fran­çaise, à trois ex­cep­tions près (Costello, Lit­fi­ba et Ni­na Ha­gen), et Bashung sui­vit pour l’an 2, avec un re­tour en 2004 pour un grand show gor­gé d’une émo­tion par­ti­cu­lière. Au­bert avait dé­jà rac­cro­ché Té­lé­phone quand il don­na sa pre­mière pres­ta­tion bel­for­taine, jus­qu’à la vraie fausse re­for­ma­tion avec un alias pied de nez ( Les Insus) qui ca­chait mal le co­me­back du plus grand groupe de rock fran­çais, en tout cas jus­qu’à l’avè­ne­ment de Noir Dé­sir qui prit la re­lève. Le band d’Au­ber­ti­gnac/ Ko­lin­ka sut com­mu­nier avec le pu­blic, ras­sem­blant une foule im­pres­sion­nante (la jour­née fut vite sold out) avec une moyenne d’âge en hausse et un ré­per­toire très lar­ge­ment eigh­ties.

FFF au­ra bou­clé la boucle cette an­née, puisque c’est aux Eu­rocks que le groupe de Mar­co Prince avait en­re­gis­tré en 1997 le DVD live

“Vi­vant”… Qu’il va re­jouer en 2018. Thiéfaine in­vi­ta Mat­ma­tah en 1999 pour une ver­sion épique de “La Fille Du Cou­peur De Joints” et s’of­frit un or­chestre clas­sique 18 ans plus tard pour un se­cond coming tout en cordes, avec en pré­lude deux concerts en for­mule rock à La Pou­drière, salle voi­sine de 230 places (gé­rée de­puis par l’équipe des Eu­rocks) où Hu­bert-Fé­lix avait ré­pé­té son show. Les

Ri­ta Mit­sou­ko sont ve­nus trois fois, à chaque fois ce fut le feu, mais l’ul­time per­for­mance aux Eu­rocks fut l’une des der­nières pour le groupe : moins de cinq mois après le show, Fred Chi­chin quit­tait ce monde. Les Wam­pas furent le seul groupe qui en 2003 eut le cou­rage d’ac­cep­ter de pas­ser après Ra­dio­head sur la grande scène, of­frant un show très rock, contrepoint so­laire à la per­for­mance neu­ras­thé­nique de Thom Yorke et sa co­horte. L’agent de Da­niel Darc, frus­tré que son ar­tiste n’ait ja­mais joué aux Eu­rocks, fit en 2004 une étrange pro­po­si­tion aux pro­gram­ma­teurs, celle de jouer gra­tui­te­ment. Ban­co. Le concert sur La Plage fut ma­gni­fique et très rock, l’ex Taxi Girl fi­nit par ac­cep­ter d’être payé pour cette splen­dide pres­ta­tion, et re­vint quatre ans plus tard. En 2006, Phi­lippe Ka­te­rine, juste avant de mon­ter sur scène, avait as­sis­té en backs­tage à un match de foot où la France avait ga­gné. Et il fit son en­trée gal­va­ni­sé en hur­lant à la foule “On est

tous des Ray­mond Do­me­nech !!!”. En 2011, c’est avec le Ca­ba­ret New Bur­lesque que l’ex­cen­trique chan­teur fit son co­me­back aux Eu­rocks. Le fi­nal fut moins bur­lesque, un tech­ni­cien s’étant amu­sé à prendre au mot le gim­mick de la chan­son “J’Adore”, “Et je coupe le

son !”, en cou­pant au mi­lieu d’une chan­son la chique de Phi­lippe, qui n’ap­pré­cia que mo­dé­ré­ment.

Phoe­nix est un groupe ha­bi­tué du fes­ti­val, et connut quelques mo­ments in­tenses, comme ce jour de 2009 où ils pas­sèrent sur la grande scène, coincés entre Go­ji­ra et Slipknot dans la crainte

des jets de bière… Pour s’aper­ce­voir que le pu­blic des mé­tal­leux bel­for­tains était plus ou­vert qu’ils ne le crai­gnaient. Après avoir de­vi­sé quelques ins­tants et pris un sel­fie avec Di­plo, Hé­loïse alias

Ch­ris­tine & The Queens se don­na au pu­blic qui lui ren­dit son émoi, al­lant jus­qu’à ten­ter de re­pro­duire dans la salle les cho­ré­gra­phies de “Saint Claude”. Fun song : la re­prise par Hé­loïse de “Short Dick Man”, vieux hit des clubs sa­lace si­gné 20 Fin­gers. Fun Fact :

Ch­ris­tine & The Queens mon­ta sur scène avec Ma­jor La­zer pour fre­don­ner un bout du re­frain de “Lean On” et dan­ser avec son nou­veau co­pain club­beur, Di­plo le teu­feur. Her a quand à lui vé­cu une triste consé­cra­tion sur la grande scène, sans le membre fon­da­teur Si­mon Car­pen­tier, que Vic­tor fit ap­plau­dir par le pu­blic et qui re­joi­gnit le club des 27 quelques se­maines plus tard, vic­time d’un can­cer fé­roce.

ALAIN BASHUNG 1990/2004

NOIR DÉ­SIR 1989/1991 1993/1997/2002

PHOE­NIX 2007/2009 2013/2017

CH­RIS­TINE AND THE QUEENS 2015

FFF 1994/1997

LES RI­TA MIT­SOU­KO 1994/2000/2007

JEAN- LOUIS AU­BERT 1990/1993/1998/2016

KA­TE­RINE 2006/2011

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.