Vir­gi­nia Wing

“Ecs­ta­tic Ar­row”

Rock & Folk - - Disques Pop Rock -

FIRE

Der­nier al­bum du duo dé­sor­mais man­cu­nien, cette flè­cheen­chan­tée n’a pas été bap­ti­sée de la sorte pour faire jo­li. Les ama­teurs de post-punk combatif, pop et éclai­ré vont ici en prendre plein les oreilles. En seule­ment trois al­bums, la chan­teuse Alice Me­ri­da Ri­chards et le gui­ta­riste Sa­muel Pillay sont la dé­mons­tra­tion par­faite de ce qu’un groupe doit être : une force uni­taire ca­pable d’ex­plo­ser ses li­mites à chaque nou­veau disque. Ap­pa­ru en 2012 sous forme d’un trio for­te­ment in­fluen­cé par Ste­reo­lab et Broad­cast, le groupe évo­lue peu à peu au pro­fit d’une pop élec­tro­so­cia­liste, que l’on pour­rait dé­crire comme un sub­til mé­lange entre le krau­trock, la mu­sique d’as­cen­seur et des textes qui au­raient pu être écrits par Pete See­ger s’il avait été une femme. Pour cet “Ecs­ta­tic Ar­row”, les dix titres ont été en­re­gis­trés en Suisse chez Mi­sha He­ring, le pro­duc­teur ha­bi­tuel de­puis les loin­tains dé­buts lon­do­niens. Par rap­port au pré­cé­dent al­bum “For­ward Cons­tant Mo­tion”, la voix de Ri­chards a consi­dé­ra­ble­ment ga­gné en as­su­rance. A tel point qu’elle ap­porte une cha­leur et un en­thou­siasme ra­re­ment ren­con­trés dans le genre ro­bo­tique dans le­quel la jeune femme ex­cel­lait na­guère. En un mot, cette trans­for­ma­tion vo­cale risque fort d’être le pe­tit plus qui man­quait au groupe pour tou­cher un plus large pu­blic. Si l’on ra­joute des textes ha­bi­le­ment tour­nés sur la dif­fi­cul­té des rap­ports hu­mains, un hit po­ten­tiel nom­mé “Eight Hours Don’t Make A Day” et une pro­duc­tion au dia­pa­son, cet al­bum risque bien d’être une des ré­vé­la­tions de l’an­née pour les per­sonnes qui au­ront eu la bonne idée de cé­der à la cu­rio­si­té. GEANT VERT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.