Keith et Mick en chaus­sures Que­chua

Rock & Folk - - Courrier Des Lecteurs -

John­ney­mar Jr

Ney­mar n’a rien in­ven­té, John­ny Hal­ly­day lui aus­si se rou­lait par terre au dé­but de sa carrière. PA­TRICK MOALIC

Bien­ve­nue dans la jungle

Page 81, Ni­co­las Un­ge­muth avec cette in­tran­si­geance pré­cieuse parce que tou­jours ar­gu­men­tée, dé­mo­lit “Ap­pe­tite For Des­truc­tion” des Guns N’Roses. Page 97, une pu­bli­ci­té nous in­cite à ache­ter une ver­sion Su­per De­luxe et pro­ba­ble­ment hors de prix du même opus, le qua­li­fiant de chef-d’oeuvre. Soit Rock&Folk doit s’at­tendre à quelques fric­tions avec son an­non­ceur soit, et c’est ce que je pré­fère re­te­nir, der­nier es­pace de li­ber­té avec de rares autres titres de presse, notre re­vue pré­fé­rée s’en bat les couilles. C’est ça, pour moi être rock (à moins que ça ne soit de la schi­zo­phré­nie !). Ami­ci­zie. AN­TOINE GRISONI

Punk fo­res­tier

Bon­jour, le concert gra­tuit des Wam­pas au coeur des Vosges, au mi­lieu des sa­pins, un des meilleurs concerts aux­quels j’ai as­sis­tés car j’en ai vu au moins une cin­quan­taine. Je ne suis plus tout jeune ; pour ceux qui ne connaissent pas (ça existe ?) al­lez-y, vous ne se­rez pas dé­çus. Di­dier Wam­pas est une per­sonne qui a une éner­gie très com­mu­ni­ca­tive. Bra­vo à lui et merci. JEROME CROUVIZIER

Coeur de si­lex

Fla­sh­back : été 1986, il fait chaud chez moi à Nice, je passe la jour­née col­lé à TMC pour es­sayer de voir un clip qui m’a ta­pé dans l’oeil. Des chats style car­toon qui font les im­bé­ciles, sé­duc­teurs du di­manche soir, sur un rythme ba­lan­cé et un drôle de type qui danse bi­zar­re­ment. Chou blanc. Je zone dans les ma­ga­sins de disques et là je le re­con­nais ! La po­chette re­prend le clip. Je taxe vingt francs à mes pa­rents et je re-dé­couvre “Har­lem Shuffle” par les Stones, j’ai la chan­son et la po­chette me rap­pelle le clip. J’écoute en boucle, j’ai douze ans. 1989 ou 1990 : mon père me dit de choi­sir un disque ou une cas­sette, il est d’hu­meur gé­né­reuse ! Je dois choi­sir vite ; Spa­gna, Mo­dern Tal­king ou San­dy Mar­ton ? Je ne veux pas de ces lo­sers, moi qui aime les Beatles. Et là je vois une cas­sette sombre noire, grise et bleue sans pho­to, mar­quée Rol­ling Stones. Je me sou­viens de “Har­lem Shuffle”. Je la prends. C’était “Steel Wheels”. Al­bum ju­gé moyen, voire anec­do­tique, par l’his­toire et votre brillant ar­ticle, mais cru­cial pour moi. Je l’adore, j’ai usé la cas­sette que je conserve mal­gré tout pré­cieu­se­ment, ra­che­té le CD qui est main­te­nant dans mon ba­la­deur et de­puis j’ai dé­cou­vert tous les Stones. Un al­bum peut être ju­gé mi­neur par la cri­tique mais il se­ra tou­jours cru­cial et im­por­tant pour quel­qu’un, quelque part dans le monde. Merci pour votre ar­ticle et pour l’émo­tion qu’il m’a pro­cu­ré en me rap­pe­lant ces pe­tites anec­dotes d’ado et ma ren­contre avec nos si­lex. Bien cor­dia­le­ment. F. CAMBIAGGIO

On s’ap­pelle ?

Quatre étoiles à Fa­ther John Mis­ty dans les disques du mois ? Que des bâches sur les Pump­kins et les Guns ? Bon. Ben écoute... T’es un ma­ga­zine for­mi­dable hein, c’est pas toi c’est moi... on peut res­ter amis juste pour la baise si tu veux... FLORENT CHEVALLAY

Con­tem­pler le fou

Pour­tant, ça avait bien com­men­cé, je dé­croche le ca­nard dans l’éta­lage du su­per­mar­ché (cou­ver­ture Rol­ling Stones, de­voir d’ in­ven­taire ... diantre ça va sai­gner !). Donc j’at­taque comme d’ha­bi­tude par la ru­brique Réé­di­tions de Ni­co­las Un­ge­muth parce que votre ru­brique vi­nyle elle est nase et vlan ! Buf­fa­lo Spring­field après Spi­rit c’est par­fait, en­suite on dé­gomme les Guns (trop fa­cile) mais je ju­bile (“in­ca­pable d’ ali­gner un riff de ce nom ”, ça c’est bien vu !), Liz Phair le soi-di­sant chefd’oeuvre fé­mi­niste des an­nées 1990 ré­plique de “Exile On Main Street” (mais on se fout de la gueule de qui ?) puis Syl­vian/ Czu­kay et l’am­bient mu­sic qui gonfle grave mal­gré tout le res­pect que nous de­vons au maître du funk ger­ma­nique : un par­cours sans faute de goût, pour une fois ! Un pe­tit dé­tour par la route 666 An­dro­me­da/ John Du Cann, j’adore ! Je feuillette... Oh, la pho­to des Stones : Keith et Mick en chaus­sures Que­chua, trop poi­lante. Il n’y a vrai­ment que Ron­nie pour avoir en­core un peu de te­nue dans cette bande. Un ar­ticle sur Cree­dence, bof, ça meuble et que dire des mous­taches de Pa­trick Eu­de­line ? En­fin, ça vaut tou­jours mieux que France Gall (RIP). Oh, mais je croyais en avoir fi­ni avec ma lec­ture mais non, après son ar­ticle di­thy­ram­bique sur l’anec­do­tique Ni­co, notre NU, dé­ci­dé­ment très en forme, a dé­ni­ché un nou­veau gé­nie en la per­sonne de Josh T Pear­son. “TexasJe­ru­sa­lem Cross­roads” se­rait le chefd’oeuvre des an­nées 2000, rien que ça ! Le concept, te­nez-vous bien, c’est du shoe­ga­zing re­vi­val à la sauce Tex Mex (très fade) in­ter­pré­té par un pré­di­ca­teur pen­te­cô­tiste illu­mi­né. Je me suis re­plon­gé tout de suite dans cette oeuvre ma­jeure mais j’avoue qu’au bout d’un ou deux mor­ceaux j’en avais dé­jà marre et c’est un double al­bum. Cette bouillie de gui­tare sur deux ac­cords (le shoe­gaze) une bat­te­rie aryth­mique et l’autre qui dé­bite ses psaumes à la con avec une voix dou­ce­reuse qui rap­pelle par­fois Jeff Bu­ck­ley en moins bien (je sais que NU ne le porte pas dans son coeur, ni d’ailleurs son pa­ter­nel qu’il a égra­ti­gné im­pu­né­ment le mois der­nier). J’ai trou­vé une vi­déo ri­go­lote de notre cow­boy d’opé­rette sur le Tube, il est dans sa pé­riode ho­bo­ro­man­tique tra­vaillant pour une crê­pe­rie mu­si­cale de la ca­pi­tale (c’est NU qui le dit). Donc le voi­ci qui dé­boule avec sa longue barbe et son étui à gui­tare dans une rue de Pa­ris tout à fait quel­conque, mais so ro­man­tic dans l’ima­gi­naire à la noix que ce font les Amer­loques de notre ci­té.

Il­lus­tra­tions : Jam­pur Fraize

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.