Alice Coo­per

Rock & Folk - - Disques Classic Rock -

“A Pa­ra­nor­mal Eve­ning At The Olym­pia Pa­ris” VERYCORDS

La ques­tion est lé­gi­time : le monde (et même ce­lui du rock) a-t-il be­soin d’un nou­vel al­bum live d’Alice Coo­per, lui qui, de­puis “The Alice Coo­per Show” en 1977, en a pu­blié au moins une di­zaine, pas tous of­fi­ciels ou re­mar­quables, mais qui ont contri­bué à en­tre­te­nir son mythe ? Qui, en 2018, n’a ja­mais été aus­si pré­sent et... vi­vant ! Car, au bout du compte, c’est son pal­pi­tant tou­jours en état de marche qui dif­fé­ren­cie le Coop de ceux à qui il rend hom­mage avec les Hol­ly­wood Vam­pires. Alice vit (un peu) à Phoe­nix, joue (pas mal) au golf et, il faut bien le re­con­naître, est sur la route le reste du temps. A soixante-dix ans, il bat le fer, qui est bouillant, et son groupe est une par­faite mé­ca­nique. Hard rock. Trois gui­ta­ristes (Ni­ta Strauss, Tom­my Hen­rik­sen et Ryan Roxy), un bas­siste comme une pieuvre et un bat­teur qui cogne, mais pas seule­ment. Pas l’ombre d’un cla­vier. Et ça ne tourne pas au­tour du pot, ne fait pas dans la den­telle. En­fin, fa­çon d’écrire, puisque les trois quarts d’un set d’Alice Coo­per sont consti­tués de chan­sons clas­siques que, ja­dis, Bob Ez­rin a fi­ne­ment agen­cées, et que les ga­mins qui l’en­tourent dé­sor­mais sur scène re­pro­duisent à la vir­gule près. D’ailleurs, et Alice le sait, dès qu’il s’écarte du ré­per­toire en or, la foule se calme, file au bar ou aux com­mo­di­tés. Cap­té en dé­cembre 2017 à l’Olym­pia, parce que ça tom­bait sous le sens de cet amou­reux de Pa­ris, ce concert était le der­nier de la tour­née qui a sui­vi la pa­ru­tion de “Pa­ra­nor­mal”, son al­bum stu­dio le plus ré­cent. Quand on li­ra ces lignes, Alice se­ra en train de han­ter quelque scène aux Etats-Unis ou au Ca­na­da, avant un re­tour pro­bable en Eu­rope, dès l’an pro­chain. JEROME SO­LI­GNY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.