Pro­di­gy

Rock & Folk - - Disques Poprock - “No Tou­rists”

TAKEMETOTHEHOSPITAL/BMG Londres, 2018. Re­tour en force des cham­pions, Liam How­lett aux ma­nettes, Maxim et Keith Flint aux vo­caux, qui ont sur­vé­cu à la pres­sion com­mer­ciale et aux tu­multes in­ternes. S’il pa­raît iné­luc­table que cer­tains es­prits cha­grins re­prochent à Pro­di­gy d’avoir tou­jours la même patte, c’est jus­te­ment à ça qu’on re­con­naît les grands ar­tistes, et nul n’em­pêche les fâ­cheux d’al­ler ron­fler à un concert de Kurt Vile. Comme AC/DC, Motö­rhead ou Sui­cide, Pro­di­gy a créé son propre genre, avec un son sans conces­sions, qui s’écoute fort, par­fois hys­té­ri­que­ment li­bé­ra­teur lors­qu’il monte tou­jours plus haut, fait sai­gner du nez, gon­fler les en­ceintes et flip­per les pa­rents, conjoints, voi­sins et même le chat. Pion­niers du son rave des han­gars des an­nées 90, le trio va constam­ment de l’avant en res­tant fi­dèle à cette vi­bra­tion de la rue qui gueule. Sor­cier des pla­tines, How­lett puise tou­jours son ins­pi­ra­tion chez Afri­ka Bam­baa­taa & Soul­so­nic Force et Ul­tra­ma­gne­tic MC’s pour pro­po­ser une al­ter­na­tive au­da­cieuse, un sou­la­ge­ment réel à l’en­nui qui suinte de beau­coup de pro­duc­tions de la dance mu­sic ac­tuelle. Loin de tout sen­tier ba­li­sé, Pro­di­gy part en roue libre, dé­raille di­rect avec l’in­croyable “Need Some1” qui ren­voie à “Smack My Bitch Up”, puis en­chaîne avec quelques em­prunts à la NWOBHM sur “Light Up The Sky”, avant de vi­rer qua­si­ment hard­core sur “Fight Fire With Fire” en com­pa­gnie du groupe hip-hop punk Ho99o9. Pas de tou­ristes là où s’en­fuit le trio dans son bus à im­pé­riale, mais un nou­veau fi­chu bon cru de Pro­di­gy. Pour le di­ver­tis­se­ment, c’est en concert que ça se pas­se­ra. VINCENT HANON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.