Hand­some Jack

“Eve­ry­thing’s Gon­na Be Al­right”

Rock & Folk - - Disques Classic Rock - ALIVE JEAN-WILLIAM THOURY

Cream, Ex­pe­rience, Blue Cheer... L’im­mense classe de ses aî­nés n’em­pêche pas Hand­some Jack d’adop­ter l’exi­geante for­mule du po­wer­trio. Après “Su­per Moon” (2011) puis “Do What Comes Na­tu­ral­ly” (2014), Ja­mi­son Pas­suite (chant, gui­tare), Joey Ver­don­sel­li (basse) et Ben­nie Hayes (bat­te­rie), ori­gi­naires de l’Etat de New York, s’ima­ginent tou­jours en com­bo su­diste des an­nées 70, qua­li­fiant leur mu­sique de boo­gie-soul. Les coif­fures, les blou­sons, la po­lice de ca­rac­tère choi­sie pour ins­crire le nom et le titre ne laissent au­cun doute sur les in­ten­tions. Tré­mo­lo d’am­pli, tem­po moite et voix éraillée, le fan­tôme de Cree­dence se­coue mé­cham­ment “Keep On”, pre­mière plage de ce disque pro­duit par Ben McLeod de All Them Witches, groupe sto­ner de Na­sh­ville. L’ombre du géant John Fo­ger­ty plane éga­le­ment sur la chan­son-titre. Plus im­pres­sion­niste, “Ci­ty Girls” avec ses gui­tares en slide, dou­blées, rap­pelle les Rol­ling Stones en vi­site au Muscle Shoals Sound Stu­dio, quelques jours avant Al­ta­mont. Ces res­sem­blances sont à prendre pour l’ex­pres­sion d’une pro­fonde connais­sance, une sin­cère com­pré­hen­sion de l’idiome rock’n’blues. Ce sont des preuves d’amour. Quand elle s’ac­com­pagne de spon­ta­néi­té, l’ap­proche ré­fé­ren­tielle s’élève au ni­veau d’un art noble. Elle mul­ti­plie les al­lu­sions, vo­lon­taires ou non, conscientes ou non. Leur en­tre­lacs consti­tue une ma­nière de culture que l’au­di­teur ap­pré­cie en fonc­tion de la sienne, se sou­ve­nant, peut-être, au fil des mor­ceaux, de James Gang, des All­man Bro­thers, de Gov’t Mule, etc. De ce fais­ceau de ren­vois, de cette col­lec­tion de par­rains, Hand­some Jack tire une mu­sique per­son­nelle, sen­tie, hon­nête, bien vi­vante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.