« MON BÉBÉ PLEURE BEAUCOUP LA NUIT. JE NE COMPRENDS PAS, J’AI TOUT ESSAYÉ ! ».

Santé Naturelle - - Courrier Des Lecteurs -

Si un en­fant pleure, ce n’est pas tou­jours en lien avec un be­soin phy­sio­lo­gique. Voi­là qui peut vous ras­su­rer ou du moins vous li­bé­rer. Une étude ré­cente af­firme que les pleurs de bé­bés agissent sur le cer­veau des pa­rents… Les pleurs de bé­bés agi­raient sur le cer­veau de pa­rents de ma­nière à ce qu'ils ré­agissent plus vite pour ré­pondre aux be­soins de l'en­fant. Les au­teurs de l'étude pu­bliée dans la re­vue PLOS( 1) af­firment qu'il existe un mé­ca­nisme de re­con­nais­sance cé­ré­brale des pleurs d'en­fants. Ce mé­ca­nisme per­met­trait d'amé­lio­rer ra­pi­de­ment les soins don­nés aux nou­veau-nés, leur ga­ran­tis­sant de meilleures chances de sur­vie. On peut en dé­duire que les pleurs sont des ap­pels, un dis­cours ou des mots pro­non­cés dans un lan­gage que vous ne com­pre­nez pas très bien, ce­lui de bébé. Il vous ap­pelle juste pour être près de lui, il veut que vous soyez là, sou­riante et dis­po­nible. Es­sayez, la pré­sence ras­su­rante (et non an­xieuse) de la mère apaise l’en­fant dans la ma­jo­ri­té des cas. (1) In­fant Cries Rat­tle Adult Co­gni­tion • Joan­na Du­dek, • Ah­med Fa­ress, • Marc H. Born­stein,• Da­vid W. Ha­ley, PLOS, May 18, 2016.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.