A quoi servent les pro­bio­tiques ?

Les in­tes­tins jouent un rôle fon­da­men­tal dans l’im­mu­ni­té. Ils abritent des mil­liards de bac­té­ries, une po­pu­la­tion très va­riée avec des bac­té­ries al­liées de notre san­té et d’autres qui tra­vaillent contre nous. La flore in­tes­ti­nale est comme une fo­rêt abrit

Santé Naturelle - - Sommaire -

La vie se­crète de nos in­tes­tins

Les in­tes­tins sont peu­plés de mi­cro-or­ga­nismes. Si vous aviez la taille de l’un de ces mi­cro-or­ga­nismes, vous se­riez sur­pris par la di­ver­si­té et la va­rié­té des formes de vie qui vivent, lit­té­ra­le­ment, à l’in­té­rieur de vous. Comme dans le monde qui vous en­toure, le monde des in­tes­tins est fait de tout. Des bonnes et des mau­vaises bac­té­ries. En réa­li­té, elles ne sont ni bonnes ni mau­vaises, elles vivent cha­cune sa vie. Mais l’im­pact de leur ac­ti­vi­té est, pour cer­taines, fa­vo­rable à notre san­té, il ne l’est pas pour d’autres. Les bac­té­ries trouvent en tout cas leur compte à vivre dans nos in­tes­tins car elles se nour­rissent et pro­li­fèrent à vo­lon­té.

Qu’est-ce que les pro­bio­tiques ?

Il s’agit d’ali­ments qui nour­rissent les bonnes bac­té­ries. Elles pro­li­fèrent ain­si plus fa­ci­le­ment, leur po­pu­la­tion est op­ti­male et l’équi­libre de la flore in­tes­ti­nale est as­su­ré. Vous en trou­ve­rez dans les yaourts, par exemple. Mais at­ten­tion à choi­sir un vé­ri­table yaourt, sans co­lo­rants ni ex­haus­teurs de goût, et non pas une crème des­sert. Les deux pro­duits sont ven­dus dans le même rayon, mais n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Si vous en avez la pos­si­bi­li­té, consom­mez du ké­fir de lait, de pe­tites graines gé­né­rées par la fer­men­ta­tion de le­vures avec une forme de chou. Un ex­cellent pro­bio­tique na­tu­rel con­som­mé de­puis l’an­ti­qui­té d’ailleurs. Ce n’est pas pour rien que « ke­fir » veut lit­té­ra­le­ment dire «se sen­tir bien » ! On ne peut pas par­ler de pro­bio­tiques sans par­ler de la fa­meuse chou­croute. Une tra­di­tion cu­li­naire eu­ro­péenne si bien­fai­sante pour la san­té in­tes­ti­nale. Im­pli­quez vos en­fants dans la pré­pa­ra­tion d’une chou­croute fait-mai­son (du chou fer­men­té) afin de leur don­ner l’en­vie d’en consom­mer. La chou­croute est aus­si très riche en vi­ta­mines, en fer, en man­ga­nèse et en com­po­sants an­ti­oxy­dants. De fa­çon gé­né­rale, les pro­bio­tiques sont les gar­diens de votre pa­roi in­tes­ti­nale. Et il est très im­por­tant d’avoir une pa­roi in­tes­ti­nale en bon état...

Pour­quoi est-il si im­por­tant d’avoir une pa­roi in­tes­ti­nale en bonne san­té ?

Parce que celle-ci joue un rôle ma­jeur pour fil­trer ce qui va pas­ser, ou pas, dans votre sang et votre or­ga­nisme. Avoir une pa­roi in­tes­ti­nale fine, po­reuse ou bour­rée de toxines non éli­mi­nées, ou en­core souf­frant d’in­flam­ma­tion, c’est comme avoir une mai­son aux murs fra­giles. A la pre­mière tem­pête, ils peuvent tom­ber. La pous­sière ou n’im­porte quel élé­ment ex­té­rieur peut pas­ser à tra­vers vos murs et en­trer dans votre mai­son. Vous n’êtes plus du tout en sé­cu­ri­té chez vous. Les in­tes­tins, c’est un peu le pe­tit chez-vous in­té­rieur. La na­ture a fait en sorte que le corps hu­main soit si ré­sis­tant, car un Homme peut man­ger à peu près n’im­porte quoi, mais ses in­tes­tins vont fil­trer, ab­sor­ber ce qui lui est bé­né­fique, et re­je­ter ce qui ne l’est pas. Avec une pa­roi in­tes­ti­nale qui ne joue plus ce rôle de filtre na­tu­rel, vous êtes très ex­po­sé car vous al­lez ab­sor­ber (sans pou­voir le contrô­ler) beau­coup de com­po­sants qui ne sont pas bé­né­fiques pour le corps. En même temps, vous n’al­lez pas pou­voir ab­sor­ber ce dont vous avez réel­le­ment be­soin, les bons nu­tri­ments. La pa­roi est po­reuse et tout passe à tra­vers elle n’im­porte comment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.