Comment lut­ter contre les su­cre­ries ?

Santé Naturelle - - Sommaire -

Les su­cre­ries sont la bête noire des ma­mans ! Dans tous les ma­ga­sins, tous les su­per­mar­chés, l'offre de bon­bons et de su­cre­ries pour les en­fants rend la tâche des pa­rents en­core plus dif­fi­cile. Comment lut­ter contre les su­cre­ries en pra­tique ?

Pour quelles rai­sons les su­cre­ries sont-elles né­fastes à la san­té ?

Il faut com­prendre les rai­sons vé­ri­tables et pro­fondes qui rendent ces su­cre­ries ven­dues dans les su­per­mar­chés né­fastes à la san­té, afin de mettre au point une vé­ri­table stra­té­gie pour lut­ter si­non di­mi­nuer la consom­ma­tion quo­ti­dienne chez nos en­fants. La pre­mière rai­son est évi­dente, c'est que le sucre en ex­cès n'est pas bon pour la san­té. Vous le sa­vez cer­tai­ne­ment dé­jà. Le sucre est par ailleurs la nour­ri­ture de choix pour le cer­veau de l'en­fant en pleine crois­sance, mais aus­si pour ses muscles qui tra­vaillent tout le temps, car nos en­fants sont bien plus ac­tifs que nous ! Il faut le re­con­naître. Mais c'est la qua­li­té de ce sucre qui fait toute la dif­fé­rence. Le sucre raf­fi­né uti­li­sé pour la réa­li­sa­tion des su­cre­ries est très mau­vais pour la san­té, car il pro­voque un pic de gly­cé­mie. Si vous pro­po­sez par contre des ba­nanes très su­crées ou des dattes à vos en­fants ce­la leur ap­porte beau­coup de glu­cose (donc de sucre) mais avec une quan­ti­té de fibres et de vi­ta­mines qui ne pro­voquent pas le pic de gly­cé­mie dû aux sucres raf­fi­nés. C'est ce qui ex­plique qu'aus­si­tôt après avoir man­gé des bon­bons les en­fants ont faim... et ré­clament de la nour­ri­ture. Alors qu'après avoir man­gé une ba­nane ou des dattes, ou un jus de fruit su­cré avec quelques fruits secs, l'en­fant se sent du­ra­ble­ment ras­sa­sié.

Les ad­di­tifs ali­men­taires en ques­tion

La deuxième rai­son pour la­quelle ces su­cre­ries ven­dues en grande sur­face sont très né­fastes à la san­té, c'est la pré­sence de quan­ti­tés de co­lo­rants et di­vers ad­di­tifs ali­men­taires. Ces dif­fé­rentes cou­leurs sont très at­trac­tives pour l'en­fant d'un point de vue mar­ke­ting. Rai­son pour la­quelle les in­dus

triels re­doublent de gé­nie pour pro­po­ser des pro­duits co­lo­rés et créa­tifs. Mais ces co­lo­rants sont des sub­stances chi­miques nou­velles pour le corps, il ne les connait pas. C'est ain­si que son mé­ta­bo­lisme et son équi­libre en­do­cri­nien se trouvent per­tur­bés. Quand il s'agit d'une consom­ma­tion oc­ca­sion­nelle, 2 au trois fois par mois par exemple, il n'y a pas de grande in­ci­dence sur l'équi­libre en­do­cri­nien. Mais quand il s'agit d'une consom­ma­tion ré­gu­lière et ré­pé­tée, les ef­fets sont ex­trê­me­ment né­fastes. On ne compte plus les ma­la­dies gé­né­rées par un dés­équi­libre en­do­cri­nien, à com­men­cer par les troubles du com­por­te­ment, de l'at­ten­tion, la ner­vo­si­té et l'agi­ta­tion crois­sante chez nos en­fants.

Comment lut­ter contre les su­cre­ries en pra­tique ?

En les rem­pla­çant ! C'est très simple. Vous ne pou­vez pas in­ter­dire à vos en­fants un pro­duit sans pro­po­ser une al­ter­na­tive qui soit suf­fi­sam­ment in­té­res­sante, du point de vue de l'en­fant bien sûr. Ayez donc le ré­flexe de tou­jours pro­po­ser à vos en­fants du miel par exemple, à la mai­son. C'est un pro­duit très su­cré et qui peut-être consom­mé sous di­verses formes. Ayez le ré­flexe de faire la cui­sine avec vos en­fants, dès que vous avez le temps. Ain­si ils au­ront en­vie de réa­li­ser des bis­cuits et di­verses pâ­tis­se­ries faits mai­son, c'est-à-dire avec les mêmes in­gré­dients uti­li­sés dans les pâ­tis­se­ries et su­cre­ries in­dus­trielles, mais sans ad­di­tifs ali­men­taires. C'est uni­que­ment en pro­po­sant des al­ter­na­tives in­té­res­santes aux en­fants qu'on peut di­mi­nuer consi­dé­ra­ble­ment la consom­ma­tion des su­cre­ries ven­dues en grande sur­face. Mais in­ter­dire un pro­duit sous pré­texte qu'il est no­cif pour la san­té , ce­la ne fait pas beau­coup de sens pour l'en­fant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.