Trin­quets et fron­tons : la pe­lote basque comme art de vivre

Secrets d'Histoire - - BALADE EN RÉGION -

Im­pos­sible de sillon­ner le pays sans tom­ber sur un fron­ton ou un trin­quet, ces aires où se jouent les par­ties de pe­lote basque. Plus qu’un sport, cette dis­ci­pline pra­ti­quée le plus sou­vent avec un gant en osier, le chis­te­ra, et une grosse pe­lote, est un art de vivre. Ses ori­gines re­montent aux jeux de balle an­ciens, no­tam­ment la pi­la des Ro­mains et le jeu de paume fran­çais. Elle a beau­coup évo­lué, no­tam­ment avec l’avè­ne­ment du ca­ou­tchouc au xixe siècle, et se dé­cline en nom­breuses va­riantes ou spé­cia­li­tés : ces­ta pun­ta, pa­la cor­ta, pa­sa­ka, chis­te­ra lim­pio…

Trois joueurs de chis­te­ra, de Ma­rie-Lu­cie-Hé­lène Élis­sague dite Eli­za­ga (1896-1981).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.