Louis XVI, vic­time du ra­soir na­tio­nal

Secrets d'Histoire - - Au Coeur De L’histoire - Par Ra­fael Pic

Le 21 jan­vier 1793, la Ré­vo­lu­tion fran­çaise at­teint un som­met. Le « ci­toyen Ca­pet » passe sous la guillo­tine et son corps est je­té dans la fosse com­mune. La mo­nar­chie de droit di­vin en re­çoit un coup fa­tal mais le roi sup­pli­cié y gagne une no­to­rié­té uni­ver­selle.

Dans un texte ré­cent consa­cré à Louis XVI, Pa­trice Gue­nif­fey écrit fort jus­te­ment : « On ne sait trop de quand da­ter ses der­niers jours ». En ef­fet, du 14 juillet 1789 au 21 jan­vier 1793, où sa tête roule dans le pa­nier du bour­reau, plu­sieurs étapes ont gra­duel­le­ment mar­qué la des­cente aux en­fers du roi. À chaque fois, il montre une grande pla­ci­di­té face aux épreuves, don­nant l’im­pres­sion qu’il sait la par­tie per­due d’avance. Dé­jà, lors­qu’il se rend à Pa­ris le 15 juillet 1789 alors que, la veille, les émeu­tiers ont pris la Bas­tille et dé­cou­pé en mor­ceaux le gou­ver­neur Ber­nard Jor­dan de Lau­nay, il pressent que son ave­nir est sombre. Aus­si, avant de mon­ter dans son car­rosse, il com­mu­nie. Puis il confie à son frère, le comte de Pro­vence, fu­tur Louis XVIII, une par­tie de son pou­voir et le nomme lieu­te­nant gé­né­ral du royaume. Comme s’il ne de­vait plus re­voir Ver­sailles. Il re­vien­dra pour­tant mais pas pour long­temps. C’est là que le 5 oc­tobre, les dames de la halle, par­ties de l’Hô­tel de Ville, viennent le trou­ver pour se plaindre de la pénurie de pain. Ma­rie-An­toi­nette a-t-elle ré­pli­qué : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche » ? Pas sûr… Il n’em­pêche, la mé­fiance entre la fa­mille royale et la po­pu­la­tion est pal­pable. La foule crie : « Nous ra­me­nons le bou­lan­ger, la bou­lan­gère et le pe­tit mi­tron ». Pour ces der­niers, une nou­velle vie com­mence aux Tui­le­ries.

Il n’échappe pas à son destin

Pa­ris est une ville à peu près in­con­nue pour Louis XVI. Il ne s’y est ren­du que ra­re­ment. D’ailleurs, le roi n’aime guère voya­ger : toute sa vie, sa plus loin­taine ex­pé­di­tion l’a me­né… à Cher­bourg. D’abord as­sez cor­dial, son trai­te­ment se dur­cit. En 1790, il peut en­core s’éva­der au châ­teau de Saint-Cloud. Mais, dès 1791, ce­la ne le lui est plus per­mis. Comble de la dé­chéance, il est même contraint à la com­mu­nion avec un prêtre as­ser­men­té. Au­tant fuir ! On tente de lui faire quit­ter la ca­pi­tale

De­puis la prise de la Bas­tille, le roi montre une grande pla­ci­di­té face aux épreuves, don­nant l’im­pres­sion qu’il sait la par­tie per­due d’avance.

Por­trait de Ber­trand Ba­rère de Vieu­zac (1794), de Jean-Louis La­neu­ville ; Kuns­thalle à Brême (Al­le­magne). Le dé­pu­té de la Conven­tion, pose la main ap­puyée sur le ju­ge­ment qui a con­dam­né à mort Louis XVI.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.