LOUIS XIII ET CINQ-MARS UNE LIAI­SON DAN­GE­REUSE

Une liai­son dan­ge­reuse

Secrets d'Histoire - - SOMMAIRE - Par Béa­trice Dang­van

Un re­gard d’ange, une bouche sen­suelle, un es­prit en­joué… C’est ain­si que ses contem­po­rains dé­crivent le mar­quis de Cinq-Mars. Si fé­li­ci­té et for­tune lui semblent d’abord pro­mises, c’est sur l’écha­faud que s’achève, après trois an­nées de gloire, le des­tin du plus grand amour de Louis XIII.

Je vous ai don­né mon coeur et je vous pro­mets qu’il ne se­ra point par­ta­gé. » Ce n’est pas à une femme que le roi Louis XIII fait cet aveu en 1639 mais à un tout jeune homme, Hen­ri Coif­fier de Ru­zé d’Ef­fiat, mar­quis de Cinq-Mars, en­tré à son ser­vice trois ans au­pa­ra­vant. Cinq-Mars est jeune, il est âgé de 19 ans. Le roi, lui, a 38 ans. Il est pour­tant dé­jà usé par la vie, ma­lade, au seuil de la mort. Et voi­là que son coeur se met à battre très fort !

Une ren­contre ar­ran­gée

Ar­mand du Ples­sis de Ri­che­lieu di­rige alors d’une poigne de fer le des­tin de la France de­puis quinze ans. Le Pre­mier mi­nistre est connu pour son goût de l’in­trigue et de l’es­pion­nage ; il est dan­ge­reux de l’avoir pour en­ne­mi. Pour l’heure, son prin­ci­pal ad­ver­saire a un vi­sage char­mant. Ce­lui de la blonde et al­tière Marie de Hau­te­fort, dame d’atours d’Anne d’Au­triche et éga­le­ment fa­vo­rite du mo­ment de Louis XIII. Bien que l’amour qu’il lui porte soit pla­to­nique, le roi l’ad­mire et l’écoute. Ri­che­lieu craint cette femme, trop proche à son goût de la reine et du par­ti es­pa­gnol. Afin de la contrer, il fait en­trer à la Cour un de ses pro­té­gés, fils d’un vieil ami dé­cé­dé, le beau mar­quis de Cinq-Mars, dont il es­père bien que le roi va s’éprendre. Hé­las, les mois passent sans que Louis XIII ne re­marque le gar­çon. Ri­che­lieu dé­cide alors de pas­ser à la vi­tesse su­pé­rieure : il ob­tient, pour son pro­té­gé, le poste convoi­té de Grand Maître de la garde-robe du roi. Cette fonc­tion fait en­trer le mar­quis dans le cercle des plus in­times ser­vi­teurs de Sa Ma­jes­té.

Une as­cen­sion ful­gu­rante

Cinq-Mars, éton­nam­ment, met du temps à conqué­rir Louis XIII. C’est une an­née après qu’il lui a été pré­sen­té, que le roi ma­ni­feste en pu­blic son in­té­rêt pour le jeune éphèbe. Dans une lettre écrite à Ma­za­rin en oc­tobre 1639, Claude de Cha­vi­gny, sur­in­ten­dant des

Cinq-Mars est âgé de 19 ans. Le roi, lui, a 38 ans. Il est pour­tant dé­jà usé par la vie, au seuil de la mort. Et voi­là que son coeur se met à battre très fort !

Fi­nances, note ain­si : « Ja­mais, le roi n’a eu pas­sion plus vio­lente ! » Le jeune homme est le pre­mier sur­pris de la sou­dai­ne­té du sen­ti­ment qu’il ins­pire. Il en me­sure bien­tôt l’in­ten­si­té. À 20 ans, en ef­fet, après avoir été éle­vé au rang de Pre­mier Écuyer, le pe­tit mar­quis de­vient « Mon­sieur le Grand », soit Grand Écuyer de France, un des titres les plus pres­ti­gieux du royaume. Louis XIII cède à tous ses ca­prices, le comble d’écus, d’hon­neurs et de bien­faits. Il lui offre même le com­té de Dam­mar­tin. Au dé­but de la re­la­tion, le fa­vo­ri, flat­té, se prend au jeu. Il sa­voure de voir le monde se traî­ner à ses pieds et suit à la lettre les ins­truc­tions du car­di­nal de Ri­che­lieu, à l’ori­gine de sa bonne for­tune. Il se montre ai­mable avec le roi, l’écoute, s’at­ten­drit par­fois des con­fi­dences de cet homme in­quiet et ma­la­dif. Et, en un mois, il ob­tient la dis­grâce de Marie de Hau­te­fort.

Scènes de mé­nage

Très vite ce­pen­dant, Cinq-Mars étouffe. Louis XIII exige de lui une pré­sence per­ma­nente, le ser­monne sans fin sur sa fri­vo­li­té, sa pa­resse, son goût du luxe et sa na­ture dé­pen­sière. Alors, le jeune homme re­noue avec sa vie d’avant : le soir, quand le roi est cou­ché, il re­joint ses amis li­ber­tins et ses maî­tresses, par­mi les­quelles la belle Ma­rion De­lorme. Meur­tri, ja­loux, le roi fait au mar­quis des scènes dignes d’un ma­ri trom­pé quand il en est in­for­mé. Faut-il y voir les signes d’une re­la­tion ho­mo­sexuelle entre eux ? Les té­moi­gnages de contem­po­rains le laissent pen­ser. Mais Louis XIII est pro­fon­dé­ment croyant et, de plus, na­tu­rel­le­ment chaste. Ses ten­dances ho­mo­sexuelles sont in­dé­niables et il a eu de nom­breux fa­vo­ris par le pas­sé : au­rait-il pu cé­der à cet amour-là ? La Cour très por­tée sur les can­cans ne s’en se­rait-elle pas fait l’écho ? En réa­li­té, le mys­tère reste en­tier.

Vau­de­ville à la Cour

Fâ­che­ries, bou­de­ries, ré­con­ci­lia­tions et trahisons se suc­cèdent. Louis XIII en ap­pelle fi­na­le­ment à Ri­che­lieu. Ac­ca­blé par le cha­grin, il lui de­mande de faire re­ve­nir à la rai­son Cin­qMars. Le car­di­nal est ra­vi de jouer l’ar­bitre entre les deux par­ties, ce qui lui per­met de re­prendre la main sur son pro­té­gé et de s’at­ti­rer la re­con­nais­sance du roi. Il fait ain­si ré­gu­liè­re­ment si­gner à cha­cun des trai­tés, où ils pro­mettent de bien se conduire. Du grand vau­de­ville ! Ce­pen­dant, il ne se ré­jouit pas de la si­tua­tion. Il est trop fin pour ne pas avoir de­vi­né qu’il a fait en­trer un loup dans la ber­ge­rie. De jeune homme naïf, Cinq-Mars s’est mué en cour­ti­san ca­pri­cieux et am­bi­tieux.

Hen­ri Coif­fier de Ru­zé d’Ef­fiat, mar­quis de Cinq-Mars, Grand Écuyer de France, de Léon de Les­tangPa­rade. Il s’agit de la co­pie d’un por­trait at­tri­bué à Le Nain, com­man­dée par LouisP­hi­lippe pour le Mu­sée his­to­rique de Ver­sailles, en 1837.

Ap­par­te­ments d’Anne d’Au­triche. Au xviiie siècle, après le dé­part de la Cour pour Ver­sailles, ce sont les seules pièces du Louvre ou­vertes à la vi­site. À par­tir de 1800, elles ac­cueillent des sculp­tures an­tiques ve­nues d’Ita­lie.

Louis XIII en ar­mure, de Jus­tus van Eg­mont ; mu­sée des Châ­teaux de Ver­sailles. Peintre of­fi­ciel des rois Louis XIII et Louis XIV, Eg­mont (1601-1674) a par­ti­ci­pé à la créa­tion de l’Aca­dé­mie royale de pein­ture et de sculp­ture, en 1648.

Ves­tiges (xiie-xiiie siècles) du châ­teau de Cinq-Mars­la-Pile, en Indre-et-Loire. Après la mort du fa­vo­ri du roi, les lieux furent sac­ca­gés sur ordre de Ri­che­lieu.

Gas­ton d’Or­léans (1634), d’An­ton van Dyck.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.