Charles VIII, Louis XII et Anne de Bre­tagne, un du­ché en dot

Secrets d'Histoire - - AU COEUR DE L’HISTOIRE - Par Co­line Bou­vart

Les ma­riages suc­ces­sifs d’Anne de Bre­tagne signent la re­fonte de la stra­té­gie ma­tri­mo­niale de la Cou­ronne. Anne et sa fille Claude sont, en ef­fet, les der­nières hé­ri­tières ré­gio­nales choi­sies par des rois de France. Une fois la Bre­tagne at­ta­chée au royaume, ils n’épou­se­ront plus que des prin­cesses étran­gères.

Anne de Bre­tagne, hé­ri­tière du pros­père du­ché de Bre­tagne, est l’ob­jet de toutes les convoi­tises. Afin de pré­ser­ver l’in­dé­pen­dance du der­nier grand fief du royaume de France, son père Fran­çois II la fiance suc­ces­si­ve­ment à Édouard, prince de Galles, Louis d’Or­léans (fu­tur Louis XII) et Fran­çois de Ro­han. La ba­taille de Saint-Au­bin­du-Cor­mier, le 28 juillet 1488, marque ce­pen­dant la dé­faite du camp bre­ton, en­tré en guerre contre Charles VIII. Le Trai­té du Ver­ger in­ter­dit alors à Anne de se ma­rier sans l’ac­cord royal. En dé­cembre 1490 (elle a 13 ans), elle épouse tout de même par pro­cu­ra­tion Maxi­mi­lien d’Au­triche, fu­tur em­pe­reur ger­ma­nique. L’al­liance avec Maxi­mi­lien, tou­te­fois, n’ap­porte pas les ren­forts mi­li­taires es­comp­tés et l’ar­mée fran­çaise bat les troupes bre­tonnes. Une pro­messe d’union entre Anne et le roi est aus­si­tôt conclue : quel meilleur moyen de ga­ran­tir la paix que d’at­ta­cher la Bre­tagne au royaume ?

Une pre­mière union res­tée sté­rile

L’ob­jec­tif pre­mier du ma­riage entre Charles VIII et Anne de Bre­tagne est l’an­nexion d’un nou­veau ter­ri­toire. Pour ce­la, le roi n’hé­site pas : il ré­pu­die sa fian­cée Mar­gue­rite d’Au­triche, tan­dis que l’union de la du­chesse avec Maxi­mi­lien est an­nu­lée pour non-consom­ma­tion. La ren­contre entre les fu­turs époux se fait à Rennes. Les fian­çailles sont cé­lé­brées le 17 no­vembre 1491 ; le ma­riage se tient le 6 dé­cembre au châ­teau de Lan­geais de­vant une as­sem­blée ré­duite. Par contrat, les époux se cèdent mu­tuel­le­ment leurs droits sur la Bre­tagne. En outre, si le roi meurt avant elle, Anne ne pour­ra convo­ler en secondes noces qu’avec son suc­ces­seur. Le 11 oc­tobre 1492, naît un fils, Charles-Or­land. Le­quel, mal­heu­reu­se­ment, est em­por­té à l’âge de 3 ans. Le sort s’acharne sur le couple : les gros­sesses n’ar­rivent pas à terme ou les en­fants ne sur­vivent pas. Lors­qu’en 1498, Charles VIII dé­cède sou­dai­ne­ment, en se co­gnant la tête contre le haut d’une porte, il n’a pas d’hé­ri­tier.

Le rap­port de force change

En ver­tu du contrat si­gné en 1491, Anne re­de­vient plei­ne­ment du­chesse de Bre­tagne. Le rap­port de force lui est donc beau­coup plus fa­vo­rable. Et si ce même trai­té l’oblige à épou­ser le suc­ces­seur de Charles VIII, elle en­tend né­go­cier les termes de l’union. Le fu­tur roi ne lui est pas in­con­nu : il s’agit de son an­cien fian­cé, Louis d’Or­léans. Un ma­riage le lie dé­jà à Jeanne de France mais il est fi­na­le­ment an­nu­lé. Anne et Louis XII se ren­contrent plu­sieurs fois et trouvent un ac­cord. Le roi se dé­place jus­qu’à Nantes, où doit se te­nir la cé­ré­mo­nie. Si­gné le 7 jan­vier 1499, le contrat conserve à Anne le gou­ver­ne­ment de Bre­tagne. Leur se­cond en­fant hé­ri­te­ra de ses droits sur le du­ché et, s’ils n’en ont qu’un, il re­vien­dra au se­cond en­fant de ce­lui-ci. Le 8 jan­vier, Anne et Louis se ma­rient. Au prin­temps, la reine est en­ceinte. Elle donne nais­sance à une fille, Claude, le 15 oc­tobre 1499, sui­vie par Re­née, le 25 oc­tobre 1510. Les autres en­fants ne sur­vi­vront pas… Le couple se dé­chire au su­jet du ma­riage de Claude : Louis la pro­met, en 1506, à son hé­ri­tier Fran­çois d’An­gou­lême, afin d’unir dé­fi­ni­ti­ve­ment la Bre­tagne à la France. Anne s’op­pose à ce pro­jet, jus­te­ment pour pré­ser­ver l’in­dé­pen­dance du du­ché.

La Bre­tagne de­vient fran­çaise

Anne dé­cède, en 1514, sans avoir pu an­nu­ler les fian­çailles de sa fille Claude. Fran­çois d’An­gou­lême épouse donc celle-ci quelques mois plus tard. À la mort de Louis XII, le 1er jan­vier 1515, le jeune ma­rié ac­cède au trône sous le nom de Fran­çois Ier. En avril 1515, Claude lui fait do­na­tion de ses droits sur la Bre­tagne, sa vie du­rant. Après la mort de Claude (sur­ve­nue en 1524), à force de me­naces, de pres­sions, de pots-de-vin, Fran­çois Ier convainc les États de Bre­tagne de de­man­der leur rat­ta­che­ment au royaume. En 1532, la Bre­tagne est dé­sor­mais fran­çaise, cou­ron­nant la stra­té­gie qui avait pré­si­dé aux ma­riages de la du­chesse Anne.

Anne, du­chesse de Bre­tagne ; châ­teau de Loches (In­dreet-Loire). Por­trait ins­pi­ré par J. Bour­di­chon (1456-1520).

Louis XII, de Jean Per­réal (1455-1528) ; mu­sée des Beaux-Arts, An­gers.

Au châ­teau de Lan­geais (Indre -et-Loire), re­cons­ti­tu­tion du ma­riage de Charles VIII et d’Anne de Bre­tagne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.