Les flam­boyants (Gua­de­loupe)

Secrets d'Histoire - - PORTFOLIO -

Le flam­boyant (De­lo­nix re­gia) a été découvert, en 1820, par le bo­ta­niste et na­tu­ra­liste de Bo­hême Wen­ces­las Bo­jer, à Foul­pointe, sur la côte orien­tale de Ma­da­gas­car. Cet arbre im­po­sant peut at­teindre 20 m de haut. Ses branches se dé­ploient en co­rolle for­mant un pa­ra­sol. Dé­co­ra­tif, il se couvre de feuilles et se pare de fleurs à la sai­son chaude. La flo­rai­son est spec­ta­cu­laire ! Dans la cul­ture créole, les arbres et la na­ture oc­cupent une grande place, avec des sym­bo­liques fortes. Le flam­boyant, lui, est une ré­fé­rence his­to­rique. Sa poé­tique s’in­tègre à la sym­bo­lique du sang, de la Terre, du feu. Pour Ai­mé Cé­saire, chantre lit­té­raire de la né­gri­tude, il ex­prime de ma­nière fi­gu­ra­tive la dy­na­mique du sang ré­pan­du. La ca­pa­ci­té du flam­boyant à se re­pro­duire après avoir été cou­pé, contri­bue à ce que les fleurs soient as­si­mi­lées au mar­tyr et à la ré­sis­tance du peuple noir.

Flam­boyant en pleine flo­rai­son, sur l’île de Basse-Terre, en Gua­de­loupe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.