Léon Gam­bet­ta, âme ré­pu­bli­caine

Secrets d'Histoire - - BALADE EN RÉGION -

Le pa­tro­nyme ita­lien de l’homme d’État fran­çais Léon Gam­bet­ta s’ex­plique par le fait que son père avait ses ori­gines à Gênes. Après avoir épou­sé la fille d’un phar­ma­cien de Mo­lières, il a ou­vert une épi­ce­rie à Ca­hors. Né en 1838, Louis est un élève brillant, dont la vo­ca­tion sur­git alors qu’il as­siste à un pro­cès d’as­sises : il veut être avo­cat. Ses pa­rents l’en­voient faire son droit à Pa­ris, où son sens de la po­li­tique se ré­vèle et s’ai­guise. Ré­pu­bli­cain dans l’âme, il est un op­po­sant fa­rouche à Na­po­léon III. En 1870, il s’illustre en quit­tant Pa­ris as­sié­gé pour or­ga­ni­ser, sur la Loire, une ligne de dé­fense contre l’ar­mée prus­sienne. Chef de l’Union ré­pu­bli­caine, il est élu pré­sident de la Chambre en 1879. Il est pré­sident du Conseil de 1881 à 1882, an­née de son dé­cès.

En 1920, Léon Gam­bet­ta est en­tré au Pan­théon. En « par­tie », du moins: son coeur y a été dé­po­sé comme re­lique ré­pu­bli­caine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.