TOUR­NÉE DES CAM­PINGS

So Film - - Think Tank - PAR HU­BERT CHA­RUEL, GRAND RÉA­LI­SA­TEUR DU PE­TIT PAY­SAN

« Rendre le ci­né­ma plus ac­ces­sible et fun, ça passe par al­ler cher­cher les gens. C’est con, mais quand j’étais pe­tit, il n’y a ja­mais eu un mec, un réa­li­sa­teur, une per­sonne aty­pique qui soit ve­nue à Saint-Di­zier près de chez mes pa­rents pour pré­sen­ter son film ou dis­cu­ter avec les gens. En ayant gran­di dans un bled, j’ai l’im­pres­sion qu’il y a tout un pu­blic qui met à dis­tance le ci­né­ma d’art et d’es­sai parce qu’on ne vient pas lui en par­ler. Quand j’ai fait des dé­bats dans des coins per­dus en ac­com­pa­gnant Pe­tit Pay­san, j’avais des gens qui me di­saient : “Moi votre film il me fait chier, je l’aime pas, mais par contre le fait que vous soyez ve­nu le pré­sen­ter, ça fait que je suis va­che­ment plus en ac­cord avec.”

D’un coup ceux qui n’ai­maient pas pou­vaient ve­nir me le dire, en­ri­chir leur point de vue, il y avait une vraie dis­cus­sion. Et puis ça res­tait sym­pa, ce n’était pas du tout vi­ru­lent ou agres­sif. Il y avait une éner­gie qui m’a fait me dire que pu­tain, si d’un coup tout le monde fai­sait des tour­nées avec ses films comme avec des concerts, il y au­rait un lien so­cial plus fort que cette es­pèce de gi­gan­tesque gap qu’il peut y avoir entre le Fes­ti­val de Cannes et le ci­né­ma ru­ral. Fau­drait faire en sorte qu’après la Quin­zaine, di­sons que toutes les stars qui gagnent des prix au­raient comme obli­ga­tion de pré­sen­ter leurs films dans la France en­tière. Tu qua­drilles le ter­ri­toire et t’as X étapes. La Palme d’or obli­gée d’al­ler dans des vil­lages pau­més pré­sen­ter son film avec son ac­teur ou son ac­trice phare. En fait ce qui se­rait mor­tel, ce se­rait d’avoir des am­bas­sa­deurs du film d’au­teur qui soient is­sus de la té­lé-réa­li­té par exemple. Genre Na­billa qui vient te pré­sen­ter du Bres­son. Ça mar­che­rait pas sur plein de gens, ils ma­te­raient dix mi­nutes de film et ça les fe­rait chier, mais peut-être que d’autres se di­raient : “Ah mais en fait c’est plu­tôt cool ! ” L’idée, ce se­rait de faire des pro­jos axées sur l’in­ter­ven­tion d’icônes qui sortent du mi­lieu, comme le rap­peur VALD ou un vain­queur de Koh Lan­ta. Ils vien­draient dé­fendre un film et le pré­sen­ter, ce se­rait l’op­por­tu­ni­té d’ac­com­pa­gner le ci­né­ma d’au­teur. Si Dan­ny Boon ve­nait dé­fendre un film d’art et d’es­sai qui a été tour­né dans le Nord, ou Da­niel Au­teuil qui se di­rait : « On se met en charge de faire un peu d’édu­ca­tion », et pre­nait deux se­maines pour al­ler pré­sen­ter un ou deux films sur vingt dates, ce se­rait tel­le­ment gé­né­reux et sym­pa ! La tour­née des cam­pings, quoi. Ima­gine : c’est l’été, les mecs sont dé­ten­dus après une jour­née pé­tanque/pas­tis ou un bon bar­be­cue, ils sont ca­lés dans leurs tran­sats… Bah fran­che­ment les gars pro­fi­tez-en, peut être que c’est le mo­ment d’al­ler pré­sen­ter des films un peu dif­fé­rents ! Tu fe­rais du ci­né­ma iti­né­rant. Il faut re­ve­nir à un truc où tu vas dans les salles des fêtes, où t’es dans des pro­jec­tions un peu pi­rates. Thier­ry Lher­mitte qui va ve­nir pré­sen­ter du Hong Sang-soo avant la soi­rée ka­rao­ké, for­cé­ment ça va at­ti­rer les gens. Ils au­ront en­vie de voir des stars. Avec le nombre d’ar­tistes qui viennent d’ho­ri­zons dif­fé­rents, c’est car­ré­ment pos­sible. Une bonne tour­née des cam­pings où tu mé­langes, Na­billa et Du­mont qui font un dé­bat ! Après tu fais avec les sai­sons, cam­pings l’été, sta­tions de ski l’hi­ver. Soi­rée ra­clette et Da­vid Lynch avec Na­gui ! Ce se­rait chan­mé. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.