CNC

POUR UN AUTRE

So Film - - Think Tank - PAR PAUL VEC­CHIA­LI, CI­NÉASTE

« Oui, en Mai 68 (50 ans dé­jà), cer­tains sou­hai­taient la dis­pa­ri­tion du CNC. Illu­sion ! De toute fa­çon (même en brû­lant les bâ­ti­ments, ce qui était à l’ordre du jour), un autre or­ga­nisme l’eût rem­pla­cé et c’eût peu­têtre été pire, c’est-à-dire ce qu’il est pra­ti­que­ment au­jourd’hui : les pe­tits pou­voirs, à leur échelle, sont ty­ran­niques. Mais la vraie rai­son, qui reste ca­chée (si peu !) est d’éli­mi­ner les pe­tites pro­duc­tions : ces mes­sieurs/dames ont trop de tra­vail ! Il est vrai que « tra­vailler » de 9 heures à 16 heures doit être épui­sant ! Là où ils se trompent, sans s’en rendre compte, j’es­père, c’est que les pro­duc­teurs in­dé­pen­dants luttent, à leur fa­çon, contre le chô­mage. En ef­fet, DIALECTIK (so­cié­té de pro­duc­tion ac­tuelle de Paul Vec­chia­li, ndlr), par exemple, em­ploie des tech­ni­ciens et, quel­que­fois, des co­mé­diens et co­mé­diennes qui ne tra­vaillent pas ailleurs, ou trop peu. Ce se­rait tel­le­ment plus simple, à leurs yeux, qu’il y ait moins d’in­ter­mit­tents, ce qui fe­rait gros­sir les can­di­dats au RSA, mais de ça, ils se moquent. Je crois que le des­tin de ces gens-là ne les pré­oc­cupe pas. En ce qui concerne, l’Avance sur re­cettes, il y a long­temps que je me bats pour que les dé­ci­sions ne soient pas prises par un col­lège mais par un en­semble dis­pa­rate de per­sonnes qui au­raient, cha­cune, le droit au choix. Ce­la évi­te­rait le fa­meux vote se­cret de l’en­semble qui est une in­sulte aux scé­na­ristes. Leur tra­vail doit être ren­du pu­blic et leurs ar­gu­ments, connus. Ils sont payés pour ça ! Mais l’in­té­rêt prin­ci­pal se­rait d’avoir plus d’éven­tail dans le choix. Par ailleurs, les scripts de­vraient être pré­sen­tés par les can­di­dats de fa­çon ano­nyme, ce qui évi­te­rait (un peu) le co­pi­nage ou les par­tis pris. En­fin, les fiches de lec­ture, qui pré­cèdent l’éven­tuel oral, de­vraient être re­mises aux can­di­dats (ano­ny­me­ment, ce­la va de soi). Ce­la pour­rait leur être utile de sa­voir en quoi leur tra­vail a été re­je­té. Tout ce­la est uto­pique, j’en suis conscient : toutes les fois que je suis in­ter­ve­nu dans ce sens au­près du CNC, lettre morte !!!! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.