CI­NÉ­MA D’EN BAS

So Film - - Think Tank - PAR LADJ LY, CI­NÉASTE

« Il faut per­mettre aux gens de s’ex­pri­mer, de faire du ci­né­ma eux-mêmes, et c’est pour ça qu’on est en train de mon­ter des écoles sur Clichy et Mont­fer­meil, pour for­mer des jeunes aux mé­tiers du ci­né­ma, du scé­na­rio à la tech­nique. Après, on a be­soin de nou­veaux modes de fi­nan­ce­ment parce que c’est très dif­fi­cile, au­jourd’hui, de mo­bi­li­ser un réseau pour fi­nan­cer un film. Chan­ger les mé­thodes, les di­ri­geants, ou même le nom du CNC ? Créer des fonds dans chaque dé­par­te­ment dé­diés à sou­te­nir un ci­né­ma « d’en bas » ? Au­jourd’hui avec les smart­phones, il y a un ac­cès plus fa­cile au ma­té­riel : on peut com­men­cer à se faire la main sur de pe­tites vi­déos et les ba­lan­cer sur In­ter­net. Tout dé­pend en­suite des mo­ti­va­tions de cha­cun : est-ce qu’on fait des films pour faire de l’ar­gent, ou est-ce qu’on fait des films parce qu’on a quelque chose à ra­con­ter ? L’idée de ci­né­ma ou­vrier qui exis­tait avant, pen­dant et après Mai 68 a moins de sens au­jourd’hui : il n’y a plus de no­tion de groupe, de so­li­da­ri­té, cha­cun dé­fend sa cause dans son coin… C’est peu­têtre un stade avan­cé du ca­pi­ta­lisme où l’in­té­rêt gé­né­ral n’existe plus. Du coup, le ci­né­ma est moins en­ga­gé alors qu’il peut per­mettre de té­moi­gner, de dé­non­cer : avec les do­cu­men­taires que j’ai faits sur les émeutes de 2005 ou sur le Mali, ou même avec les vi­déos de Kour­tra­j­mé, on a uti­li­sé le ci­né­ma pour rap­pe­ler qu’on existe. Et on a tou­jours fait nos films en groupe : un jour t’étais ac­teur, un jour t’étais der­rière la ca­mé­ra, un jour tu te­nais la perche… À condi­tion qu’il y ait un point de vue, ça ne me dé­ran­ge­rait pas de par­ta­ger la tâche de réa­li­sa­teur avec quatre ou cinq autres. » MEMBRE DU COL­LEC­TIF KOUR­TRA­J­MÉ, RÉA­LI­SA­TEUR DES DO­CU­MEN­TAIRES 365 JOURS À CLICHY- MONT­FER­MEIL ET 365 JOURS AU MALI, LADJ LY A ÉTÉ NOM­MÉ DEUX FOIS AUX CÉ­SAR 2018 POUR LE MEILLEUR DO­CU­MEN­TAIRE AVEC À VOIX HAUTE ( CO- RÉA­LI­SÉ AVEC STÉ­PHANE DE FREITAS) ET POUR LE MEILLEUR COURT MÉ­TRAGE AVEC LES MI­SÉ­RABLES.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.