SAINT-LEU FAIT TOM­BER LES INVINCIBLES NAN­TAIS

So Foot Club - - FLORILÈGE -

FC SAINT-LEU (NAT) 1-1 (4-2 AUX T.A.B.) FC NANTES (L1), 16ES DE FI­NALE, 4 FÉ­VRIER 1995

Nantes, tou­jours in­vain­cu, sur­vole les dé­bats en D1, à coups de contres ra­pides, de jeu épu­ré et de “ta­rif

maison” (3-0). Bref, pour Fa­brice Van­de­putte, mi­lieu du FC Saint-Leu, ce Nantes-là était “l’équi­valent du PSG

au­jourd’hui”. Pen­sion­naire du Na­tio­nal, le FC Saint-Leu s’est peut-être ras­su­ré en voyant Bas­tia sor­tir dix jours plus tôt les Ca­na­ris de la Coupe de la Ligue. Le coach Char­lie Jean se re­po­se­ra plu­tôt sur un autre plan: mettre Cé­dric El­zéard au mar­quage in­di­vi­duel de Ma­ke­lele, ai­lier droit à l’époque. “Il l’au­rait même sui­vi aux toi­lettes...” se marre Phi­lippe Poil, le por­tier des chal­len­gers. Sans N’Do­ram et avec un Ma­ke­lele in­vi­sible donc, les Nan­tais ouvrent le score, mais sont re­joints à la 68e, sur une frappe im­pro­bable du gau­cher Van­de­putte. “Le seul but du pied

droit de sa car­rière”, chambre Poil. Pre­nant le des­sus phy­si­que­ment, man­quant même de se qua­li­fier avant la fin du temps ré­gle­men­taire, le FC Saint-Leu pas­se­ra avec suc­cès l’épreuve des tirs au but. Et plon­ge­ra le club dans la fête. Le len­de­main, le coach Char­lie Jean ou­blie­ra même de se pré­sen­ter sur le pla­teau de Té­lé­foot. RB - Pro­pos recueillis par Ni­co­las Ju­cha

Co­co Suau­deau, dé­fait

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.