L’EU­RO 2016

So Foot Club - - INTERVIEW STAR -

Le 10 juillet 2016, en fin de soi­rée au Stade de France, Eder balance une mine du droit et per­met au Por­tu­gal de rem­por­ter l’Eu­ro face à la France. Res­pec­tueux du pays où il joue, An­tho­ny Lopes n’en boude pas pour au­tant son plai­sir. “On n’était pas les plus beaux à voir jouer, mais on a été ré­com­pen­sés.” La force de la Se­lec­ção pen­dant le tour­noi, c’était “le col­lec­tif, l’es­prit de groupe”. Une so­li­da­ri­té qui per­met de sor­tir des si­tua­tions ten­dues et de “ne pas avoir peur, s’il fal­lait al­ler aux tirs au but, on pas­sait par les tirs au but”. Le dé­clic, c’est “la Croa­tie, fa­vo­rite, contre la­quelle on marque à la 117e par Qua­res­ma”. Le reste, une vic­toire au goût de re­vanche, car “avant le tour­noi, on nous met­tait plus bas que terre à cause d’un Mon­dial 2014 où l’on n’avait pas pas­sé les poules et pris 4-0 contre l’Al­le­magne”. Mais fi­na­le­ment, An­tho­ny Lopes en vien­drait presque à re­mer­cier les scep­tiques: “Ce­la nous a ai­dés, grâce à ce­la, on s’est trans­cen­dés.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.