3. Zi­né­dine Zi­dane

So Foot Club - - NEWS - SCW

FRANCE

On connaît la chan­son. Et 1, et 2, et 3-0, Zi­zou pré­sident sur l'Arc de Triomphe en 1998. Puis l'échec de 2002. Puis le re­tour en équipe de France, sur un coup de tête, et cette fi­nale per­due en 2006, sur un coup de tête. On la connaît la chan­son, mais on ne pour­ra ja­mais mieux la ra­con­ter que Zi­zou lui-même, dans le SoFoot spé­cial 10 ans. À propos de 1998: “J’en­tends sou­vent dire qu’on était une équipe dé­fen­sive. Mais c’est ar­chi­faux. Le seul joueur vrai­ment dé­fen­sif, c’était Des­champs, mais Des­champs, il jouait tou­jours vers l’avant. Mais ce qui a vé­ri­ta­ble­ment fait notre force, c’est le fait qu’on avait des joueurs ex­cep­tion­nels à chaque poste. Le tout très bien or­ches­tré par Jac­quet.” À propos de 2002: “Tout a été re­mis en cause après le match per­du contre le Sé­né­gal. Alors que, fon­da­men­ta­le­ment, c’est aus­si un match où on n’a pas de chance: on frappe le po­teau, la barre, on peut tout aus­si bien ga­gner... Après cette dé­faite, c’était un tout autre tour­noi, on n’avait pas Pi­rés, je me suis blessé, et on n’est ja­mais re­ve­nus à la sur­face”. 2006, en­fin: “Comme sou­vent dans ces cas-là, il faut un dé­clic. Et là, ça a été l’Espagne. À l’époque, le re­frain en Espagne, c’était: ‘On va mettre Zi­dane à la re­traite.' Ils nous ont chauf­fés. On leur a mis 3-1. Et là, der­rière, on a le Bré­sil. Le Bré­sil, c’est spé­cial. Ce maillot, ces joueurs, tout ce que ça re­pré­sente; tu as en­vie de leur mon­trer que t’es fort, toi aus­si.” Pas un mot en re­vanche sur cette fi­nale contre l'Ita­lie, donc on ne re­vien­dra pas des­sus non plus. On connaît la chan­son. On connaît aus­si la chute.

Coupe du monde 1998 (vain­queur), 2002 (pre­mier tour), 2006 (fi­nale)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.