92. An­dreas Brehme

So Foot Club - - NEWS - SCW

AL­LE­MAGNE

On sait qu'il a fait une ex­cel­lente car­rière, d'abord en Al­le­magne, au FC Kai­sers­lau­tern, puis, évi­dem­ment, au Bayern, qu'il a en­suite évo­lué à l'In­ter, puis pour les plus connais­seurs en Espagne, à Sa­ra­gosse. Mais si le nom d'An­dreas Brehme est res­té dans la lé­gende, c'est parce qu'il a ins­crit les deux der­niers buts de l'Al­le­magne lors de la Coupe du monde 1990, dont ce fa­meux pe­nal­ty en fi­nale contre l'Ar­gen­tine. Ce pe­nal­ty a mar­qué l'his­toire pour plu­sieurs rai­sons. Dé­jà, il s'agit là du but décisif, le seul de la ren­contre. En­suite, parce que c'est Brehme qui le tire, alors qu'il n'est “que” le la­té­ral de la Mann­schaft. À ce mo­ment d'une fi­nale de Coupe du monde, on s'at­tend da­van­tage à voir Ru­di Völ­ler ou Lo­thar Mat­thäus, voire Tho­mas Häss­ler ou Pierre Litt­bars­ki ti­rer ce pe­nal­ty et de­ve­nir le hé­ros de tout un pays, tout ré­cem­ment réuni­fié. En­fin parce qu'An­dreas tire ce pe­nal­ty du pied droit, alors qu'il frappe les coups francs du pied gauche. Ça aide pour sur­prendre le gar­dien ad­verse, Ser­gio Goy­co­chea, mais aus­si pour mar­quer l'his­toire. Et anéan­tir l'équipe ad­verse. L'Ar­gen­tine voit ses rêves bri­sés là- des­sus. Ma­ra­do­na pleure comme un en­fant pri­vé de foot­ball, un geek de sa par­tie de FI­FA. Troi­sième Coupe du monde pour l'Al­le­magne, du coup. Et une preuve de plus pour ren­for­cer la sen­sa­tion que les “Al­le­mands”, après Sé­ville en 1982, étaient les mé­chants pour cer­tains en­fants de cette gé­né­ra­tion.

92

Coupe du monde 1986 (fi­nale), 1990 (vain­queur) et 1994 (quarts de fi­nale)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.