2014: la sex­tape de Ri­bé­ry

So Foot - - DOSSIER - PAR RB ET GM

LIEU: CLAI­RE­FON­TAINE, DU 19 MAI AU 8 JUIN. AL­TI­TUDE: 130 MÈTRES. RÉ­SUL­TAT: QUART DE FI­NALE (3 VIC­TOIRES, 1 NUL, 1 DÉ­FAITE).

Alors que les Bleus pré­parent la coupe du monde bré­si­lienne à Clai­re­fon­taine, un scan­dale fait les choux gras de la presse people. Le 2 juin 2014, le ma­ga­zine Clo­ser ré­vèle qu'une sex­tape de Franck Ri­bé­ry a été tour­née, la veille, après un match ami­cal contre le Pa­ra­guay. Dans cette vi­déo ama­teur tour­née par un em­ployé s'af­fai­rant dans la chambre voi­sine, on ver­rait l'in­ter­na­tio­nal fran­çais dans une suite de l'hô­tel Mar­ti­nez, à Cannes, ac­com­pa­gné d'une “call girl”, en plein ébat dans un Ja­cuz­zi. Crai­gnant le bad buzz avant le dé­part pour le Bré­sil, le nu­mé­ro 7 des Bleus est convo­qué par la FFF et le staff. Ri­bé­ry en vient à expliquer que les images ne montrent pas une “call girl” mais tout sim­ple­ment sa femme, Wa­hi­ba, teinte en blonde et af­fi­née après un pas­sage en cure. Dans un com­mu­ni­qué de presse ré­di­gé par leur avo­cat maître Car­lo Al­ber­to Bru­sa, le couple Ri­bé­ry in­forme por­ter plainte contre le ma­ga­zine. Ce der­nier in­voque la vie conju­gale in­time des époux ori­gi­naires de Bou­logne-sur-Mer: “Ils en­tendent rap­pe­ler de la ma­nière la plus ferme qu’ils n’ont ja­mais don­né leur consen­te­ment à qui­conque pour pu­blier une quel­conque image ou in­for­ma­tion qui re­lè­ve­rait de leur vie pri­vée et fa­mi­liale. Seules sont au­to­ri­sées les pu­bli­ca­tions de pho­to­gra­phies ou d’in­for­ma­tions re­le­vant de manifestations pu­bliques ou spor­tives.” Za­hia en tri­bunes, ça compte?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.