1938: gala de boxe et Jean Ga­bin

LIEU: CHAN­TILLY, DU 20 MAI AU 4 JUIN. AL­TI­TUDE: 50 MÈTRES. RÉ­SUL­TAT: DEUXIÈME TOUR (1 VIC­TOIRE, 1 DÉ­FAITE).

So Foot - - DOSSIER -

Pour la pre­mière fois de son his­toire, l'équipe de France est réunie pour plus d'une se­maine en­semble. Leur loft à eux? L'Hos­tel­le­rie du Grand Cerf, à Chan­tilly. Par pré­cau­tion, seules les chambres de l'en­ca­dre­ment tech­nique sont si­tuées au rez-de-chaus­sée, don­nant sur la rue. Le pre­mier soir, le match phare –Koui­dri vs Ra­bak– du gala de boxe de Chan­tilly est même avan­cé pour évi­ter un cou­cher trop tar­dif de ceux qu'on n'ap­pelle pas en­core les Bleus. Du­rant le stage, Jean Ga­bin, qui s'ap­prête à tour­ner La Bête

hu­maine de Re­noir, vien­dra pas­ser une tête. Pour le reste, le staff veut mé­na­ger les or­ga­nismes. “Culture phy­sique, sprints, pro­me­nades en fo­rêt chaque jour, com­mente Mau­rice Co­ton­net, le coach ad­joint. Un peu de ma­nie­ment de balle aus­si. Je m’at­ta­che­rai aux dé­tails, à la pré­ci­sion. Par exemple, je fe­rai ti­rer beau­coup de cor­ners.” Trop –ou pas as­sez, c'est se­lon–, puisque la France est éli­mi­née de son mon­dial dès le deuxième match de la com­pé­ti­tion face aux Ita­liens, fu­turs vain­queurs de l'épreuve (1-3). C'est d'ailleurs la pre­mière fois dans l'his­toire de la coupe du monde que le pays or­ga­ni­sa­teur ne gagne pas le tour­noi. À ja­mais les pre­miers!

“Culture phy­sique, sprints, pro­me­nades en fo­rêt chaque jour. Un peu de ma­nie­ment de balle aus­si. Je m’at­ta­che­rai aux dé­tails, à la pré­ci­sion. Par exemple, je fe­rai ti­rer beau­coup de cor­ners” Mau­rice Co­ton­net, coach ad­joint de l'équipe de France 1938

Les Bleus à Eu­ro Dis­ney, en 1954.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.