Jour après jour.

UN MOIS DE GLO­RIEUSE RUS­SIE, DE SEXES TRAN­CHÉS ET DE MONDE LIBRE

So Foot - - SOMMAIRE - PA­NO­RA­MIC ET AFP/DPPI

Un mois de glo­rieuse Rus­sie, de sexes tran­chés et de monde libre.

Ven­dre­di 20 avril. “Une coupe du monde sans moi ne se­rait pas une coupe du monde (…) Je ne suis pas un Sué­dois ty­pique mais j’ai mis la

Suède sur une carte.” Le ca­ma­rade Zla­tan a pris sa dé­ci­sion: il se­ra pré­sent au mon­dial. Tout comme le stade d'Eka­te­rin­bourg et ses tri­bunes ex­té­rieures, ho­mo­lo­guées à la suite de tests d'une ri­gueur ex­trême, à l'image de l'im­mense pro­fes­sion­na­lisme de la fé­dé­ra­tion de Rus­sie. Quelques eu­ro­dé­pu­tés mes­quins conti­nuent pour­tant d'ap­pe­ler les gou­ver­ne­ments au boy­cott de la com­pé­ti­tion. Sans doute de la ja­lou­sie crasse en­vers le lé­gen­daire di­ri­geant, Vla­di­mir Pou­tine, dont l'un des sty­los est ven­du aux en­chères 500 000 eu­ros.

Sa­me­di 21 avril. Triste nou­velle en pro­ve­nance de France: il n'y au­ra pas de sai­son 3 pour la sé­rie Mar­seille, mal­gré la pré­sence au cas­ting du glo­rieux ca­ma­rade Gé­gé De­par­dieu. Une dé­ci­sion aus­si com­pré­hen­sible que celle du Ja­pon, qui li­cen­cie Va­hid Ha­lil­hod­zic juste avant le mon­dial,

“comme une merde”, se­lon les pro­pos du prin­ci­pal in­té­res­sé. Pour ne pas connaître le même sort avec les Gun­ners, Arsène Wenger an­nonce son dé­part du club en fin de sai­son. Pour fê­ter ça, une femme russe tranche le sexe de son ex-ma­ri en­dor­mi. Avec une fau­cille et un marteau?

Di­manche 22 avril. Une nuit d'apo­ca­lypse est an­non­cée en Rus­sie en rai­son des in­tem­pé­ries? Pas d'in­quié­tude: Pou­tine, “un

homme très fort” se­lon Em­ma­nuel Ma­cron, est là pour pro­té­ger son peuple. Un homme qui, s'il n'était pas au­tant sol­li­ci­té, au­rait évi­dem­ment pu sau­ver cette femme as­sas­si­née après s'être mo­quée de la taille de l'or­gane gé­ni­tal de son par­te­naire. Un homme qui, s'il avait op­té pour une car­rière dans la mé­de­cine, au­rait soi­gné en une se­maine Ben­ja­min Men­dy, en­fin de re­tour sur les ter­rains. Un homme qui, si on lui fait confiance, em­pê­che­ra les actes racistes qu'une ma­jo­ri­té de Fran­çais craint de voir au mon­dial 2018 se­lon un son­dage Odoxa. En somme, un homme aus­si so­lide que sa pro­chaine li­mou­sine, qui vient de pas­ser son crash-test avec suc­cès.

Lun­di 23 avril. Vrai­ment, les fans de foot ve­nant de l'Hexa­gone ou d'ailleurs n'ont pas à s'en faire. C'est Oleg Sa­fo­nov, di­rec­teur de l'agence russe pour le tou­risme et

ap­puyé par Pou­tine him­self, qui l'as­sure: “Nous in­vi­tons tout le monde et dé­cla­rons haut et fort que le voyage pour le mon­dial 2018 se­ra sé­cu­ri­sé à 100 %. La Rus­sie sau­ra ga­ran­tir la sé­cu­ri­té lors de la coupe du monde, il ne faut avoir peur de rien.” Et sur­tout pas d'Alexeï Smer­tine, ré­fé­rent de la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions pour le mon­dial, vi­sé par une en­quête dans une af­faire de mou­ve­ments de fonds sus­pects. Sé­cu­ri­té à 100 %, on vous dit!

Mar­di 24 avril. À l'ins­tar d'Hen­ri Mi­chel, mort dans la jour­née, le ca­ma­rade Zla­tan n'est fi­na­le­ment plus très sûr de voir la Rus­sie cet été. “Quand vous pre­nez votre re­traite in­ter­na­tio­nale, comme Zla­tan après l’Eu­ro 2016, l’af­faire est ré­glée, as­sène Janne An­ders­son, sé­lec­tion­neur de la

Suède. Si vous avez per­du la foi pour être avec l’équipe na­tio­nale pen­dant qua­rante ou cin­quante jours par an, et que vous pré­fé­rez ne rien faire pour pas­ser du temps avec votre fa­mille, je res­pecte ça. Je pré­fère tra­vailler avec les 250 000 autres joueurs qui veulent faire par­tie de l’aven­ture.” Vous sa­vez, mon­sieur Ibra­hi­mo­vic, un pe­tit coup de fil à Vla­di­mir et tout peut s'ar­ran­ger…

Mer­cre­di 25 avril. Même si la Rus­sie n'a pas be­soin de lui pour pro­po­ser un tour­noi gran­diose, Alex Ox­lade-Cham­ber­lain, bles­sé en de­mi-fi­nale de ligue des cham­pions, man­que­ra à la com­pé­ti­tion et à l'An­gle­terre. Ça fait une belle jambe à Laurent Blanc, qui an­nonce qu'il se sé­pare de ses agents. De golf ou de foot­ball?

Jeu­di 26 avril. Même si la Rus­sie n'a pas be­soin d'eux pour pro­po­ser un tour­noi ex­cep­tion­nel, Jé­rôme

“Je ne veux pas trom­per mon club ni me trom­per moi-même: je ne pour­rai pas me sen­tir heu­reux si je ne peux pas don­ner le meilleur de moi-même” Iniesta, lors de l'an­nonce de son dé­part du Bar­ça

Boa­teng, bles­sé en de­mi-fi­nale de ligue des cham­pions, et Ma­nuel Neuer, bles­sé de­puis la nuit des temps, man­que­ront sans doute la com­pé­ti­tion. C'est tou­jours ça que les Al­le­mands n'au­ront pas. En re­vanche, l'OM, vain­queur de Salz­bourg au Vé­lo­drome (2-0), tient qua­si­ment sa fi­nale de ligue Eu­ro­pa à Lyon. De­vant sa té­lé­vi­sion, Aulas, en froid avec Ey­raud, son ho­mo­logue pho­céen, en casse sa té­lé­com­mande. Ven­dre­di 27 avril. Ar­rê­tez tout: le ca­ma­rade Gé­gé lance sa gamme de pro­duits ali­men­taires en Rus­sie! Même que ça s'ap­pelle “Gé­rard De­par­dieu re­com­mande…” Ce se­ra tou­jours plus dif­fi­cile à di­gé­rer que le dé­part d'Iniesta du Bar­ça: “J’ai lais­sé mon âme pour ce club, mais le mo­ment est ar­ri­vé. Je ne veux pas trom­per mon club ni me trom­per moi-même: je ne pour­rai pas me sen­tir heu­reux si je ne peux pas don­ner le meilleur de moi­même.” Da svi­da­nia!

Sa­me­di 28 avril. Riche jour­née pour la chère terre ré­vo­lu­tion­naire russe. D'abord, avec l'inau­gu­ra­tion d'une su­blime cen­trale nu­cléaire flot­tante. En­suite, avec la pro­po­si­tion de loi au­to­ri­sant la drogue au sein des stades pour les per­sonnes at­teintes de ma­la­die. Trop vieux pour ses conne­ries, Ch­ris­tian Jean­pierre, l'in­ven­teur du concept de “cor­ner in­té­res­sant”, an­nonce qu'il quitte la pré­sen­ta­tion de Té­lé­foot, trente ans après y avoir dé­bar­qué en tant que sta­giaire. À part ça, Jacques-Hen­ri Ey­raud fra­casse JMA après une com­mis­sion de dis­ci­pline hou­leuse op­po­sant leurs deux clubs: “Je note que tous mes pré­dé­ces­seurs ont eu un pro­blème avec Jean- Mi­chel Aulas. Ce­la veut peut-être dire que le pro­blème, c’est JeanMi­chel Aulas.” Avant de conclure: “Pro­vo­ca­tion et Jean-Mi­chel Aulas, c’est un pléo­nasme.”

Di­manche 29 avril. Le Bar­ça est sa­cré cham­pion pour la 25e fois de son his­toire. Mais l'in­fo de la jour­née, c'est évi­dem­ment cette cli­nique vé­té­ri­naire im­plan­tée à Ros­tov-sur-le-Don qui em­ploie un ra­ton la­veur nom­mé Bal­lu. Ce de­nier est char­gé de faire des câ­lins aux autres ani­maux afin de les cal­mer. Qui a dit que la mé­de­cine russe ne va­lait pas un ko­peck?

Lun­di 30 avril. At­ten­tion, ins­tant ma­thé­ma­tiques: se­lon un al­go­rithme très pré­cis créé par la Fifa, l'Es­pagne, le Bré­sil et la

France se­raient les trois équipes à avoir le plus de chances d'être sa­crées cham­pionne du monde. Et la glo­rieuse Rus­sie, alors? Seule­ment qua­tor­zième de ce clas­se­ment vir­tuel.

Mar­di 1 ER mai. L'Oc­ci­dent veut-il vrai­ment faire tom­ber la Rus­sie? Les hal­lu­ci­nantes sanc­tions à son en­contre pé­na­lisent son bud­get mi­li­taire, qui n'est plus que qua­trième au clas­se­ment mon­dial. Qu'à ce­la ne tienne, le pays re­trousse ses manches et conti­nue de dé­mon­trer l'ef­fi­ca­ci­té de ses muscles. En créant un sau­na et une ma­chine à la­ver spa­tiaux, puis en ins­tal­lant une nou­velle base po­laire en Arc­tique. À cô­té de ça, la troi­sième fi­nale de ligue des cham­pions consé­cu­tive dé­cro­chée par le Real de Zi­zou fe­rait presque of­fice de pi­pi de chat.

Mer­cre­di 2 mai. Le sa­viez­vous? Vla­di­mir Pou­tine est le seul homme sur Terre à dis­po­ser de la jeu­nesse éter­nelle. Et d'une nou­velle li­mou­sine. En­core très loin de ce mo­dèle, Alexeï Der­bi­lov (19 ans) s'al­longe entre les rails d'un mé­tro qui cir­cule pour ga­gner quelques likes sur les ré­seaux so­ciaux. Face à cette jeu­nesse qui part à vau-l'eau, les di­ri­geants russes in­ter­disent le des­sin ani­mé Pep­pa Pig à la leur pour “nu­di­té ex­ces­sive et com­por­te­ments éro­tiques”.

Ef­fet po­si­tif im­mé­diat: trois pe­tits sup­por­ters du Dy­na­mo Mos­cou se battent à coup de chi­fou­mi pour ré­cu­pé­rer le maillot d'un joueur. In­utile de rap­pe­ler que le puits n'est pas au­to­ri­sé.

Jeu­di 3 mai. Le res­pec­table mon­sieur In­fan­ti­no l'af­firme: la Rus­sie est “ab­so­lu­ment prête” pour le mon­dial. Mais quel­qu'un en dou­tait-il vrai­ment? (Si oui, en­voyez les noms, nous rè­gle­rons le pro­blème ra­pi­de­ment.) D'ailleurs, la fé­dé­ra­tion est dé­jà pas­sée à d'autres pro­blèmes plus ur­gents, et se met d'ac­cord avec la Co­rée du Nord sur la construc­tion d'un pont re­liant les deux ter­ri­toires. Via­duc dé­fen­sif, Ro­lan­do en­voie l'OM en fi­nale de ligue Eu­ro­pa grâce à un but en pro­lon­ga­tion. Comme quoi, tout est pos­sible dans la vie.

Ven­dre­di 4 mai. “Je vais en Rus­sie le jour de la date an­ni­ver­saire de la vic­toire de l’Ar­mée rouge sur

les na­zis!” Mais viens, ca­ma­rade Mé­len­chon, viens, tu es tou­jours le bien­ve­nu! Tout comme le ca­ma­rade Ste­ven Sea­gal, co­mé­dien de re­nom dans de grands films po­pu­laires: “Je peux dire que je suis russe, une par­tie de ma fa­mille est russe, j’aime la Rus­sie et j’en suis fier.” Le ca­ma­rade Sea­gal tra­vaille­rait d'ailleurs au rap­pro­che­ment des gou­ver­ne­ments russe et amé­ri­cain. Et pour­quoi pas? To­ny Cha­pron a bien été élu meilleur ar­bitre de l'an­née par ses pairs... Une plai­san­te­rie de mau­vais goût pour Phi­lippe Piat, co­pré­sident de l'UNFP: “Tout le monde, que ce soit à la FFF, à la ligue ou à la DTN, trouve ri­di­cule de re­mettre un tel prix à Cha­pron. C’est un vote po­li­tique et pas spor­tif.”

Sa­me­di 5 mai. “La Rus­sie est un État très im­por­tant, qui sert de

pont entre l’Est et l’Ouest.” Et c'est le ca­ma­rade Da­laï-La­ma qui le dit. Trop dur à en­tendre pour sir Alex Fer­gu­son: le my­thique coach de MU fait une hé­mor­ra­gie cé­ré­brale. Lun­di 7 mai. Après dix-huit

an­nées de ges­tion ferme et éclai­rée, Pou­tine est ré­in­ves­ti à la pré­si­dence de la glo­rieuse et heu­reuse fé­dé­ra­tion de Rus­sie, jus­qu'en 2024. “Je fe­rai tout pour aug­men­ter la puis­sance, la pros­pé­ri­té et la gloire de la

Rus­sie.” Sir Alex Fer­gu­son de­vrait nor­ma­le­ment être de ce monde pour voir ça. Son opé­ra­tion s'est bien pas­sée. Il a en re­vanche lou­pé le sacre du Lo­ko­mo­tiv Mos­cou, la veille, lors de l'avant-der­nière jour­née, grâce à un but de ce diable d'Eder.

Mer­cre­di 9 mai. Dans la pé­nin­sule de Ko­la, à l'ex­trême nord de la Rus­sie, des cen­taines de rennes dé­cident sou­dain de tour­ner en rond, dans une syn­chro­ni­sa­tion par­faite, et per­sonne ne connaît la rai­son de ce phé­no­mène ex­tra­or­di­naire. Le ca­ma­rade Pou­tine au­rait sans doute une ex­pli­ca­tion lo­gique à nous pro­po­ser, mais là il est oc­cu­pé à ser­vir d'in­ter­mé­diaire entre Is­raël et l'Iran, qui viennent de s'échan­ger quelques tirs de ro­quettes. En es­pé­rant qu'il ait pen­sé à em­me­ner Ste­ven Sea­gal si ça dé­gé­nère…

Ven­dre­di 11 mai.

Ar­rê­tez tout! Le ca­ma­rade Tchert­ches­sov vient d'an­non­cer une pre­mière liste de vingt-huit joueurs russes pour le mon­dial, dont vingt-cinq évo­luent dans le cham­pion­nat lo­cal. Un ef­fec­tif si ter­ri­fiant que Da­ni Alves an­nonce aus­si­tôt son for­fait pour la coupe du monde, suite à une bles­sure contrac­tée face aux Her­biers.

Sa­me­di 12 mai. Une vi­déo tour­née par la chaîne de sports ar­gen­tine TyC, cen­sée dé­non­cer l'ho­mo­pho­bie en Rus­sie et s'adres­ser à “mon­sieur le pré­sident

de la fé­dé­ra­tion de Rus­sie”, est elle-même ju­gée ho­mo­phobe et condam­née par les assos LGBT… Ça n'em­pêche pas Oli­ver Lé­tang, le pré­sident du Stade Ren­nais, de tri­pler la prime de ses joueurs, vic­to­rieux au Parc (0-2) pour la der­nière ap­pa­ri­tion de Thia­go Mot­ta et Unai Emery de­vant ses sup­por­ters. Le coach ibé­rique se rat­trape en ex­plo­sant le mic lors de la fête du titre après-match: “Al­lez, PSG! Al­lez, al­lez, al­lez, PSG! Al­lez, al­lez, al­lez, PSG! Al­lez, al­lez, all­leeeeeezzzz, PSGGG!”

Di­manche 13 mai. Der­nière jour­née du glo­rieux cham­pion­nat russe, et coup de ton­nerre sur le gong: le CSKA Mos­cou dé­robe la deuxième place à son voi­sin du Spar­tak, le­quel de­vra se col­ti­ner le troi­sième tour pré­li­mi­naire de la ligue des cham­pions. Du che­min donc avant de pou­voir croi­ser le PSG de Jean-Luc Reich­mann, prix d'élo­quence pour cette sor­tie lors de la cé­ré­mo­nie des tro­phées UNFP: “Sa­chez que pour Pa­ris, il y a des mil­lions de sup­por­ters qui aiment le maillot de Pa­ris. Il y a la tour Eif­fel sur le maillot de Pa­ris. On ai­me­rait avoir l’an­née pro­chaine des hommes qui se battent pour Pa­ris, pour la France et pour ce maillot de Pa­ris.” Si­non,

en An­gle­terre, le jour­nal The Sun pro­pose un guide tou­ris­tique de la Rus­sie à l'usage de ses sup­por­ters. On y ap­prend que les Russes sont au­tant connus “pour leur manque de maî­trise de soi lors­qu’il est ques­tion de bois­sons al­coo­li­sées” que pour “leur amour de la vod­ka”.

The Sun re­com­mande d'ailleurs d'évi­ter le mé­lange vod­ka/ bière, sous peine de “cuite toute

puis­sante”. C'est donc ça la presse du monde libre?

Mar­di 15 mai. En France, Jé­rôme Ca­hu­zac écope de deux ans ferme, et de­vrait bé­né­fi­cier d'un amé­na­ge­ment de peine pour ne ja­mais foutre un pied en pri­son: la Rus­sie est im­pa­tiente d'en­tendre la pro­chaine le­çon de mo­rale fran­çaise sur la cor­rup­tion de ses élites. Deux ans ferme, c'est éga­le­ment la peine in­fli­gée à Ro­ber­to Man­ci­ni, dé­si­gné pour re­prendre en main la sé­lec­tion ita­lienne. L'an­cien coach aban­donne à contre-coeur le Zénith St-Pé­ters­bourg, qui ac­cepte de le lais­ser par­tir sans com­pen­sa­tion fi­nan­cière. C'est en­core la gran­deur du peuple russe qui en sort ga­gnante.

Mer­cre­di 16 mai. Dé­faite de l'OM face à l'At­lé­ti­co, en fi­nale de ligue Eu­ro­pa (3-0). Grâce aux er­reurs de Ger­main et d'An­guis­sa, le glo­rieux foot­ball russe reste à éga­li­té avec la France en nombre de coupes d'Eu­rope rem­por­tées. Dur… ' PAR JU­LIEN MA­HIEU ET FLORIAN CADU / PHO­TOS:

Unai Emery, chauf­feur de salle

“Al­lez, PSG! Al­lez, al­lez, al­lez, PSG! Al­lez, al­lez, al­lez, PSG! Al­lez, al­lez, all­leeeeeezzzz, PSGGG!”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.