SIMONE WEBER

Society (France) - - COUVERTURE -

“Je passe en gé­né­ral entre quatre et cinq heures par jour à me battre pour les ani­maux. Mais le week-end, je fais un break. J’éteins mon ordinateur. C’est par­fois étouf­fant de se battre tout le temps pour une cause. J’en­voie en­vi­ron 30 mails par jour à dif­fé­rentes as­so­cia­tions ou or­ga­nismes, pour les pres­ser d’agir en fa­veur des droits des ani­maux. Quand je vois un ani­mal se faire mal­trai­ter, ça dé­clenche quelque chose de phy­sique en moi. J’ai be­soin de l’ai­der. Je pense que les ani­maux sont une ri­chesse pour notre pla­nète. Ils la rendent plus belle, plus mys­tique, plus sau­vage. Et je trouve qu’on ne les res­pecte pas as­sez. Alors il m’ar­rive de me mettre vrai­ment en co­lère et d’écrire des choses mé­chantes. Une fois, j’ai dit que tous les êtres hu­mains de­vraient être sté­ri­li­sés, parce qu’on prend peu à peu la place des ani­maux. Mais ce n’est pas parce qu’on dé­fend les ani­maux que l’on doit obli­ga­toi­re­ment être vé­gé­ta­rien(ne). En­fin, c’est mon opi­nion. Per­son­nel­le­ment, je n’ai au­cun pro­blème à man­ger de la viande. Tant que c’est fait de la bonne fa­çon. Quand je fais mes courses, je de­mande d’où vient la viande que j’achète.”

“Ar­rê­tez de tor­tu­rer ces ani­maux. C’est vous que l’on de­vrait tor­tu­rer !!!! ” En com­men­taire d’une pé­ti­tion pour mettre fin à la torture des ani­maux en Inde, sur le site Change.org

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.