Zi­né­dine Lam­raoui NÉ LE 3 DÉ­CEMBRE 1998 VIT À ATHIS-MONS ÉLÈVE PI­LOTE “Quand je vois toutes ces cou­ver­tures de ma­ga­zines consa­crées aux mu­sul­mans, j’en ai marre”

Society (France) - - TÉMOIGNAGES -

Au pan­théon de Zi­né­dine Lam­raoui, nulle trace de Zi­dane. Les légendes du jeune homme portent plu­tôt le cuir des aven­tu­riers. An­toine de Saint-exu­pé­ry ou Clé­ment Ader. Des pi­lotes d’avion. Le mé­tier qu’il rêve d’exer­cer lui aus­si. Après avoir ob­te­nu un bac scien­ti­fique, il vient d’in­té­grer un éta­blis­se­ment pri­vé. “Une école très, très chère”, ho­quète Na­dia, la mère, qui a dû faire un em­prunt pour fi­nan­cer ces études. Un jo­li pied-de-nez à sa pro­fes­seure d’es­pa­gnol au col­lège qui ne croyait pas en lui et vou­lait l’en­voyer vers une voie de ga­rage. “Je me suis fait cas­ser, j’ai re­te­nu le truc, c’est même de­ve­nu une mo­ti­va­tion”, dit tran­quille­ment le presque ving­te­naire. À l’époque, Na­dia était mon­tée au cré­neau pour qu’il puisse in­té­grer une fi­lière gé­né­rale coûte que coûte. “Si Zi­né­dine s’était ap­pe­lé Jean-fran­çois, ça ne se se­rait pas pas­sé comme ça. La pro­fes­seure n’au­rait pas eu cette at­ti­tude”, ru­mine-t-elle en­core. Sous le re­gard sou­dai­ne­ment scan­da­li­sé de son fils, qui s’em­presse de re­bon­dir: “Le ra­cisme, c’est une fausse ex­cuse. C’est trop fa­cile. Je ne veux pas être l’arabe qu’on vic­ti­mise.” Sa mère, comp­table, est née en France de pa­rents dé­bar­qués d’un pe­tit vil­lage de Tu­ni­sie. Son père, éga­le­ment comp­table, est ar­ri­vé à 6 ans à Pa­ris pour re­joindre son père, plombier. Ils se sont ren­con­trés un soir de Nou­vel An, à la Mai­son des étu­diants. “Je ne connais­sais au­cun Zi­né­dine. C’est un pré­nom as­sez rare, et je l’ai en­ten­du à la té­lé­vi­sion quand Zi­dane jouait. J’ai ai­mé”, pour­suit Na­dia, en sou­riant. Au­jourd’hui, Zi­né­dine Lam­raoui est un gar­çon comme il en existe des di­zaines de mil­liers, avec sa jeu­nesse pas­sée dans un pe­tit pa­villon avec jar­din. En 2017, à l’oc­ca­sion de l’élec­tion pré­si­den­tielle, il a vo­té pour la pre­mière fois. Au grand dam de Na­dia, so­cia­liste, le fu­tur pi­lote a choi­si Em­ma­nuel Ma­cron dès le pre­mier tour. En fier mar­cheur, il parle avec en­vie de la “jeu­nesse” de son fa­vo­ri et dis­serte sur les dis­po­si­tions prises ré­cem­ment au cha­pitre de la CSG: “On va l’aug­men­ter pour com­pen­ser la sup­pres­sion de la taxe d’ha­bi­ta­tion. Ma­cron est un gar­çon réa­liste, qui fait des ar­bi­trages.” Mais dé­sor­mais, ce que l’étu­diant at­tend du pré­sident, c’est qu’il fasse en sorte de tra­vailler à l’uni­fi­ca­tion du pays. Car Zi­né­dine Lam­raoui vou­drait bien que l’on ar­rête de bas­si­ner le monde avec toutes ces his­toires d’iden­ti­té. “Quand je vois toutes ces cou­ver­tures de ma­ga­zines consa­crées aux mu­sul­mans, j’en ai marre, rous­pète-t-il. Moi, je vais avoir 20 ans, je fais des études qui me plaisent, j’ai une vie qui me plaît, je ne me prends pas la tête avec tous ces trucs de com­mu­nau­ta­risme. Il faut juste com­prendre que l’on vit dans un pays de di­ver­si­té. Point.” Pour l’heure, Zi­né­dine s’ap­prête à va­li­der son di­plôme théo­rique de pi­lote de ligne. La pre­mière étape d’un long cur­sus qui lui per­met­tra de s’ins­tal­ler dès cet été sur le siège prin­ci­pal d’un cock­pit, avant peu­têtre d’en­dos­ser un jour l’uni­forme à ga­lons d’air France, son rêve.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.