“Je pour­rais dor­mir avec mon masque”

Society (France) - - REPORTAGE -

Meng Qi, mu­si­cien

Il l’avoue, il dis­cute peu avec son pu­blic à la fin de ses concerts. Meng Qi joue de la noise mu­sic ex­pé­ri­men­tale. Sur scène, il porte un masque taillé pour ré­sis­ter à une at­taque chi­mique. Pas par co­quet­te­rie punk, mais pour rai­sons mé­di­cales: Meng Qi souffre de rhi­nite chro­nique, une hy­per­sen­si­bi­li­té des voies res­pi­ra­toires qui l’oblige à se mettre cet at­ti­rail sur le mu­seau dès que l’air se charge en par­ti­cules. “Ce n’est pas pra­tique pour

par­ler, confie-t-il. Une fois que j’ai joué, je rentre di­rect chez moi. Quand je joue en Eu­rope, à Ber­lin ou Pa­ris, c’est dif­fé­rent, je ne porte pas de masque. Mais à Pé­kin, je n’ai pas le choix, je le garde tou­jours avec moi.” Meng Qi pos­sède aus­si quatre pu­ri­fi­ca­teurs d’air dans son ap­par­te­ment, al­lu­més en per­ma­nence. “C’est tel­le­ment ba­nal de por­ter un masque, je pour­rais dor­mir avec, dit-il, las. Ça m’est dé­jà ar­ri­vé, d’ailleurs.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.