GRAN­DEUR ET DÉ­CA­DENCE D’UN PE­TIT COM­MERCE DE CI­NÉ­MA

UN IN­ÉDIT DE GO­DARD DES AN­NÉES 80 AVEC JEAN-PIERRE MO­CKY ET JEAN-PIERRE LÉAUD. YOUPI !

Studio Ciné Live - - Critiques - T.B.

REPLAÇONS LE RE­DOU­TABLE Go­dard en son centre. Avec la sor­tie de cet in­édit au titre aus­si ra­va­geur que pré­mo­ni­toire, la pen­sée go­dar­dienne re­trouve ses cou­leurs. Film de com­mande pour une TF1 pas en­core pri­va­ti­sée, cet ob­jet hy­bride – entre work in pro­gress, ma­king-of et jeu de mas­sacre – se vou­lait être l’adap­ta­tion d’un po­lar de James Had­ley Chase. « Il fal­lait par­tir d’un ro­man, ex­pli­quait le ci­néaste, alors je suis par­ti d’un au­teur que j’ai­mais bien, que je consi­dé­rais avec res­pect, James Had­ley Chase. Et le ro­man est res­té der­rière, on est ar­ri­vés ailleurs… » Ailleurs, c’est ça qui est fas­ci­nant avec JLG, cette fa­çon de prendre tou­jours au pied de la lettre la dé­fi­ni­tion même du ci­né­ma, art du mou­ve­ment par ex­cel­lence. Le film se­ra dif­fu­sé en mai 1986, et puis bas­ta. Il ra­conte, de fa­çon as­sez li­néaire, les dé­boires d’un ci­néaste (Jean-Pierre Léaud) et de son pro­duc­teur (Jean-Pierre Mo­cky) es­sayant de mettre sur pied un long mé­trage. Par­mi les nom­breuses ful­gu­rances, on re­tien­dra ce cor­tège in­ter­mi­nable de co­mé­diens ré­ci­tant des bribes de dia­logues de­vant la ca­mé­ra. Une li­ta­nie qui ex­prime mer­veilleu­se­ment les mo­du­la­tions in­té­rieures et mor­ce­lées d’un film. Plu­tôt que la re­dou­table copie, pré­fé­rez l’ori­gi­nal !

De Jean-Luc Go­dard • Avec Jean-Pierre Léaud, Jean-Pierre Mo­cky… • 1 h 32

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.