BLADE RUN­NER 2049

DE­NIS VILLE­NEUVE SIGNE UN FILM DE SCIENCE-FIC­TION ÉPU­RÉ D’UNE SIDÉRANTE BEAU­TÉ.

Studio Ciné Live - - Critiques - T.B.

C’EST D’ABORD l’ex­trême dou­ceur qui sur­prend. Un vais­seau flotte dans un océan lai­teux au-des­sus d’un monde en­dor­mi. Quelques néons en contre­bas fi­gurent un sem­blant d’exis­tence. Dame Na­ture n’a plus rien à of­frir, si­non sa com­plète dis­pa­ri­tion. L’Apo­ca­lypse, le black-out, a fait table rase. Ryan Gos­ling, un chas­seur de « ré­pli­cants » au ser­vice du LAPD (un Blade Run­ner) af­fiche le mi­ni­mum d’émo­tions. Dans cette im­men­si­té dé­peu­plée où le vir­tuel a tout re­con­fi­gu­ré, à qui les of­fri­rai­til ? Ob­jets ro­bo­ti­sés, avez-vous donc une âme? L’homme-ma­chine Gos­ling ren­voie au bam­bin d’A. I. de Spiel­berg, dont les sen­ti­ments pro­gram­més em­pê­chaient l’hu­ma­ni­té de re­prendre le des­sus. Nous voi­ci en 2049. Le monde re­des­si­né par Rid­ley Scott dans le film ori­gi­nel, sor­ti en 1982 mais dont l’in­trigue se si­tuait en 2019, est loin der­rière nous. Pas suf­fi­sam­ment ce­pen­dant pour avoir ef­fa­cé toutes les traces (cou­cou, Har­ri­son Ford !). Jeu­nesse oblige, Gos­ling a pris les com­mandes du ré­cit. Lors d’une mis­sion, son per­son­nage, l’agent K (hom­mage à K. Dick ?) dé­couvre un cer­cueil au pied d’un arbre. Une étude ré­vèle que la femme qui oc­cu­pait la sainte boîte – une ré­pli­cante – a don­né nais­sance à un en­fant. La nou­velle fait l’ef­fet d’un séisme. Si les ro­bots se mettent à faire des pe­tits comme les hu­mains, où va le monde ? K part à la re­cherche de ce Jé­sus-Ch­rist qui pour­rait bien être lui-même et va peu à peu se perdre dans un vaste gouffre aux chi­mères. Cette in­trigue fa­mé- lique sert à peine de socle dra­ma­tique même si elle ob­sède tout le monde, pas plus que les dé­cors, d’une ab­so­lue per­fec­tion, dont les éclai­rages stricts à forte to­na­li­té oran­gée n’offrent au­cun point d’ap­pui. De­nis Ville­neuve (Pre­mier contact…) re­garde un monde per­du où l’ar­ti­fice et le vir­tuel s’éver­tuent, en vain, à ré­ac­ti­ver un réel fa­ti­gué. Chaque sé­quence de cet ob­jet monstre (2 h 43), mais d’une for­mi­dable épure, tentent ain­si de son­der les corps et la ma­tière. Ici, une femme ho­lo­gramme s’es­saie à une im­pos­sible greffe avec une fi­gure hu­maine. Là, un El­vis vir­tuel et lan­gou­reux se dé­hanche à perte dans une salle vide. Ville­neuve signe un film de SF presque li­quide, qui en­ivre à me­sure que se dé­ploie sa sidérante beau­té.

De De­nis Ville­neuve • Avec Ryan Gos­ling, Har­ri­son Ford, Ja­red Le­to, Ro­bin Wright… • 2h43

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.